Entre le 10 et le 16 avril, 3.448 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, une baisse de 2% par rapport à la semaine précédente. Depuis le début de la pandémie en Belgique, 951.626 cas ont été diagnostiqués.
...

Entre le 10 et le 16 avril, 3.448 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, une baisse de 2% par rapport à la semaine précédente. Depuis le début de la pandémie en Belgique, 951.626 cas ont été diagnostiqués.Sur les 14 derniers jours, l'incidence du virus était de 423,9 nouvelles infections pour 100.000 habitants en moyenne en Belgique, un chiffre en diminution de 24%. Le nombre de cas diagnostiqués diminue dans toutes les provinces, sauf deux. La hausse est la plus marqué dans la province du Limbourg (+16,1%) suivie de Liège (+14,4%). Juste derrière, la province d'Anvers présente une évolution stable (+0,2%).En chiffres absolus sur la semaine écoulée, la Flandre orientale compte le plus grand nombre de cas confirmés de coronavirus (3.265 cas). En termes d'incidence sur les 14 derniers jours, les provinces de Luxembourg et de Namur restent les régions plus les touchées avec respectivement 647 et 625 infections pour 100.000 habitants.Entre le 13 et le 19 avril, 232,6 malades ont été admisà l'hôpital en moyenne chaque jour en raison de leur contamination au coronavirus. Cet indicateur diminue de 8% par rapport à la moyenne des sept jours précédents.Les hôpitaux soignent actuellement 3.114 patients, c'est plus de 100 de plus que la veille, même si l'indicateur est en diminution sur la moyenne de 7 jours. Les soins intensifs traitent 938 malades, une hausse de 2% par rapport à la moyenne précédente sur 7 jours. Un niveau proche du pic de 947 lits atteint mardi dernier.Sur la même période, 39 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (-8,7%), portant le bilan à 23.782 morts depuis le début de la pandémie en Belgique.Le taux de reproduction du virus est quant à lui de 0,96, contre 0,95 la veille. Un indicateur qui semble relativement stable ces derniers jours. Il s'agit du nombre moyen de nouveaux cas causés par une personne infectée dans une population sans immunité. Un taux supérieur à 1 signifie qu'une personne contaminée en infecte en moyenne plus d'une autre et donc que l'épidémie tend à s'accélérer. Le taux à l'échelle de la Belgique est calculé sur base des hospitalisations.Le taux de positivité, soit la proportion de tests positifs par rapport à l'ensemble des dépistages effectués est de 9,8% sur les 7 derniers jours, contre 9,9% la veille. Cet indicateur présente une tendance à la hausse. Cela signifie que sur 100 tests effectués, 9,9 personnes en moyenne sont positives. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le taux de positivité ne devrait pas dépasser 5% pendant au moins deux semaines afin de pouvoir considérer que l'épidémie est sous contrôle. Le gouvernement belge avait avancé le taux de 3% pour parler d'assouplissement. Près de 40.000 tests en moyenne ont également été effectués quotidiennement (-6%).La carte ci-dessous indique le nombre d'infections pour 100.000 habitants par commune au cours des deux dernières semaines: plus il y a d'infections enregistrées, plus la couleur de la commune vire vers le rouge foncé. Il ne s'agit pas du nombre de cas mais de l'incidence. L'incidence prend en compte la population dans son calcul.Depuis début septembre, l'Institut fédéral de santé Sciensano diffuse l'incidence sur les 14 derniers jours. Un chiffre de 1.000 signifie par exemple que 1% de la population a été infectée au cours des 14 derniers jours. 11 communes dépassent une incidence de 1000, avec en tête Houffalize (1.191), Bertogne (1.149) et Maasmechelen (1.143).Le seuil d'alerte le plus élevé du Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) est de 960. En Belgique, 14 des 581 communes dépassent le seuil d'alerte européen. Seule une commune ne comptabilise aucun cas de coronavirus: Herstappe.