Le chef de l'Etat a également souligné l'importance de la diversité et de la démocratie pour la stabilité du pays.

"Au moment où la Belgique et l'Europe renouent avec une croissance économique plus vigoureuse, il est aussi essentiel que personne ne se sente laissé pour compte", a estimé le roi, invitant à mieux faire se croiser les offres et les demandes d'emploi. "Nous sommes tous attachés à ce que chacun puisse cueillir, de façon équitable, les fruits de cette relance. A cet égard, il est important de créer une meilleure adéquation entre l'offre et la demande sur le marché de l'emploi. Ce défi ne peut être relevé que par un effort commun de tous les acteurs: entreprises, enseignants et demandeurs d'emploi", a-t-il dit.

Le premier ministre Charles Michel a été dans le même sens, conviant l'ensemble des entités du pays à s'emparer de la problématique. "Travailleurs, employeurs et autorités, nous sommes tous dans le même bateau. Et il nous revient de porter ce chantier", a-t-il dit.

Le roi Philippe a souligné l'importance de la diversité de la société pour la stabilité du pays, à l'heure où des prises de parole peuvent parfois la mettre à mal. "Nous avons la chance de vivre dans une société très diversifiée. Travailler à une société plus harmonieuse contribue à sa stabilité", a-t-il dit avant d'ajouter: "tout ce qui vise à renforcer la cohésion entre individus et entre groupes est d'une importance majeure".

Le premier ministre a également placé l'égalité des chances au coeur de son intervention, appelant à rejeter toute forme de racisme, et d'intimidation à l'égard des femmes. "Le racisme, ni aucune autre forme de discrimination ne peuvent avoir la moindre place dans notre société démocratique", a-t-il dit.

Enfin, à l'aube des prochaines échéances électorales en 2018 et 2019, le roi a rappelé l'attachement qu'il convenait d'accorder à la démocratie. Son importance ne se mesure pas qu'à l'organisation des élections mais aussi au respect des corps constitués, ordre judiciaire, administration, syndicats, patronat, monde académique et médias, représentés à la cérémonie au Palais royal. "La démocratie ne vit pas seulement pendant ou pour ces moments-là. Elle occupe une place centrale dans l'organisation de notre société et contribue ainsi de façon fondamentale à la stabilité de notre pays", a-t-il dit.

Le roi Philippe a vu en l'année 2017 celle de la relance du projet européen. "Nous pouvons nous réjouir qu'au cours de l'année écoulée, l'Europe se soit ressaisie. Pour la première fois, un socle de droits sociaux a été approuvé lors du sommet de Göteborg et une coopération renforcée a été lancée en matière de défense", a-t-il constaté. "L'année 2018 devrait être celle de nouvelles impulsions notamment dans les domaines de la sécurité et de l'union économique et monétaire. Dans une telle Europe en mouvement, faisons en sorte que Bruxelles puisse continuer à assumer pleinement son rôle de capitale européenne", a-t-il formulé.

Pour Charles Michel, l'Europe ne trouvera son salut que dans la coopération entre les différents Etats-membres. "Et cela vaut certainement en matière de migration", a-t-il conclu.

Le chef de l'Etat a également souligné l'importance de la diversité et de la démocratie pour la stabilité du pays."Au moment où la Belgique et l'Europe renouent avec une croissance économique plus vigoureuse, il est aussi essentiel que personne ne se sente laissé pour compte", a estimé le roi, invitant à mieux faire se croiser les offres et les demandes d'emploi. "Nous sommes tous attachés à ce que chacun puisse cueillir, de façon équitable, les fruits de cette relance. A cet égard, il est important de créer une meilleure adéquation entre l'offre et la demande sur le marché de l'emploi. Ce défi ne peut être relevé que par un effort commun de tous les acteurs: entreprises, enseignants et demandeurs d'emploi", a-t-il dit. Le premier ministre Charles Michel a été dans le même sens, conviant l'ensemble des entités du pays à s'emparer de la problématique. "Travailleurs, employeurs et autorités, nous sommes tous dans le même bateau. Et il nous revient de porter ce chantier", a-t-il dit. Le roi Philippe a souligné l'importance de la diversité de la société pour la stabilité du pays, à l'heure où des prises de parole peuvent parfois la mettre à mal. "Nous avons la chance de vivre dans une société très diversifiée. Travailler à une société plus harmonieuse contribue à sa stabilité", a-t-il dit avant d'ajouter: "tout ce qui vise à renforcer la cohésion entre individus et entre groupes est d'une importance majeure". Le premier ministre a également placé l'égalité des chances au coeur de son intervention, appelant à rejeter toute forme de racisme, et d'intimidation à l'égard des femmes. "Le racisme, ni aucune autre forme de discrimination ne peuvent avoir la moindre place dans notre société démocratique", a-t-il dit. Enfin, à l'aube des prochaines échéances électorales en 2018 et 2019, le roi a rappelé l'attachement qu'il convenait d'accorder à la démocratie. Son importance ne se mesure pas qu'à l'organisation des élections mais aussi au respect des corps constitués, ordre judiciaire, administration, syndicats, patronat, monde académique et médias, représentés à la cérémonie au Palais royal. "La démocratie ne vit pas seulement pendant ou pour ces moments-là. Elle occupe une place centrale dans l'organisation de notre société et contribue ainsi de façon fondamentale à la stabilité de notre pays", a-t-il dit. Le roi Philippe a vu en l'année 2017 celle de la relance du projet européen. "Nous pouvons nous réjouir qu'au cours de l'année écoulée, l'Europe se soit ressaisie. Pour la première fois, un socle de droits sociaux a été approuvé lors du sommet de Göteborg et une coopération renforcée a été lancée en matière de défense", a-t-il constaté. "L'année 2018 devrait être celle de nouvelles impulsions notamment dans les domaines de la sécurité et de l'union économique et monétaire. Dans une telle Europe en mouvement, faisons en sorte que Bruxelles puisse continuer à assumer pleinement son rôle de capitale européenne", a-t-il formulé. Pour Charles Michel, l'Europe ne trouvera son salut que dans la coopération entre les différents Etats-membres. "Et cela vaut certainement en matière de migration", a-t-il conclu.