En Belgique, quelque 500.000 travailleurs sont aujourd'hui malades de longue durée et 25.000 d'entre eux jouissent d'une autonomie suffisante pour reprendre, accompagnés, une activité professionnelle au moins à temps partiel, selon M. Vandenbroucke.

Sur ces 25.000 personnes, le ministre tablait alors sur 4.500 malades "réactivés" à hauteur d'un quart de temps plein en 2022. Le socialiste a demandé cet été au Bureau du Plan de chiffrer les gains budgétaires théoriques de sa politique.

Le Bureau du plan a fait l'exercice pour une personne sans enfants résidant à Bruxelles et reprenant un temps plein pendant 3 mois après 9 mois d'incapacité totale de travail. On est donc sur un quart temps sur base annuelle. L'évaluation prévoit trois niveaux de salaire brut, 1.700, 2.700 et 3.700 euros.

Pour le salaire intermédiaire, on constate que le budget de l'État serait soulagé de 4.455 euros d'allocations et engrangerait un gain de plus de 1.500 euros à l'impôt des personnes physiques. Le retour en cotisations personnelles est évalué à 1.071 euros tandis qu'aux additionnels régionaux et communaux, on parle d'un gain budgétaire de 639 euros.

Reporté aux 4.500 personnes visées, on tombe sur un total très théorique de 34,7 millions d'euros. Pour un salaire de 1.700 euros, le gain en allocation tombe à 3.875 euros et en IPP à 1.149 euros. Dans ce scénario, le gain théorique pour 4.500 personnes remises au travail représenterait environ 25,2 millions. Enfin, pour un salaire de 3.700 euros, le Bureau du plan chiffre les retours en allocation et en IPP à 6.105 et 336 euros.

En Belgique, quelque 500.000 travailleurs sont aujourd'hui malades de longue durée et 25.000 d'entre eux jouissent d'une autonomie suffisante pour reprendre, accompagnés, une activité professionnelle au moins à temps partiel, selon M. Vandenbroucke. Sur ces 25.000 personnes, le ministre tablait alors sur 4.500 malades "réactivés" à hauteur d'un quart de temps plein en 2022. Le socialiste a demandé cet été au Bureau du Plan de chiffrer les gains budgétaires théoriques de sa politique. Le Bureau du plan a fait l'exercice pour une personne sans enfants résidant à Bruxelles et reprenant un temps plein pendant 3 mois après 9 mois d'incapacité totale de travail. On est donc sur un quart temps sur base annuelle. L'évaluation prévoit trois niveaux de salaire brut, 1.700, 2.700 et 3.700 euros. Pour le salaire intermédiaire, on constate que le budget de l'État serait soulagé de 4.455 euros d'allocations et engrangerait un gain de plus de 1.500 euros à l'impôt des personnes physiques. Le retour en cotisations personnelles est évalué à 1.071 euros tandis qu'aux additionnels régionaux et communaux, on parle d'un gain budgétaire de 639 euros. Reporté aux 4.500 personnes visées, on tombe sur un total très théorique de 34,7 millions d'euros. Pour un salaire de 1.700 euros, le gain en allocation tombe à 3.875 euros et en IPP à 1.149 euros. Dans ce scénario, le gain théorique pour 4.500 personnes remises au travail représenterait environ 25,2 millions. Enfin, pour un salaire de 3.700 euros, le Bureau du plan chiffre les retours en allocation et en IPP à 6.105 et 336 euros.