Un nouveau concept de supermarché self-service a ouvert mardi dans le centre-ville de Gand. Dans ce magasin de proximité Okay, les clients peuvent faire leurs courses à n'importe quelle heure, la carte de fidélité Xtra ou l'application sur leur téléphone leur ouvrira les portes du magasin. C'est grâce à une technologie développée par une de leurs startups, Smart Technics, que le groupe Colruyt a pu mettre ce système au point. Il suffit de scanner le QR codedu client pour ouvrir les portes du magasin, les portes des rayons et passer à la caisse. S'il a une question, le client peut appeler le service clientèle grâce à l'un des interphones installés dans le magasin. Plus personne à la caisse, le personnel est limité au strict minimum pour réapprovisionner les rayons et garder le magasin propre. Dans le magasin, 650 produits essentiels sont disponibles, contre les 3500 habituellement proposés dans les autres supermarchés Okay. L'éventail de produit comporte tous les produits frais, des plats préparés et les indispensables dentifrice et papier toilette.

L'objectif de ce nouveau concept est de pourvoir aux besoins d'une clientèle qui travaille en horaire décalé. Gand, ville universitaire, n'a pas été choisie par hasard, il sera maintenant possible pour les nombreux étudiants qui sont parfois soumis à des horaires très variables d'aller y faire leurs courses quand bon leur semble.

Si ce Okay self-service rencontre le succès escompté, le groupe ouvrira d'autre magasins du même type. Colruyt souhaite au préalable étudier en profondeur la rentabilité du système qui coûte certes moins cher en main d'oeuvre mais implique un investissement dans de la technologie de pointe.

La chaîne de supermarchés néerlandaise Albert Heijn avait déjà évoqué l'idée d'implanter des magasins sans personnel dans les entreprises belges et Auchan a ouvert le mois dernier un petit supermarché ouvert 24/24h sur un campus universitaire du Nord de la France, lui aussi tout à fait automatisé. Le groupe Colruyt n'est certes pas le seul dans la course au niveau international, mais il demeure néanmoins le premier à tenter l'expérience en Belgique.

Un nouveau concept de supermarché self-service a ouvert mardi dans le centre-ville de Gand. Dans ce magasin de proximité Okay, les clients peuvent faire leurs courses à n'importe quelle heure, la carte de fidélité Xtra ou l'application sur leur téléphone leur ouvrira les portes du magasin. C'est grâce à une technologie développée par une de leurs startups, Smart Technics, que le groupe Colruyt a pu mettre ce système au point. Il suffit de scanner le QR codedu client pour ouvrir les portes du magasin, les portes des rayons et passer à la caisse. S'il a une question, le client peut appeler le service clientèle grâce à l'un des interphones installés dans le magasin. Plus personne à la caisse, le personnel est limité au strict minimum pour réapprovisionner les rayons et garder le magasin propre. Dans le magasin, 650 produits essentiels sont disponibles, contre les 3500 habituellement proposés dans les autres supermarchés Okay. L'éventail de produit comporte tous les produits frais, des plats préparés et les indispensables dentifrice et papier toilette. L'objectif de ce nouveau concept est de pourvoir aux besoins d'une clientèle qui travaille en horaire décalé. Gand, ville universitaire, n'a pas été choisie par hasard, il sera maintenant possible pour les nombreux étudiants qui sont parfois soumis à des horaires très variables d'aller y faire leurs courses quand bon leur semble. Si ce Okay self-service rencontre le succès escompté, le groupe ouvrira d'autre magasins du même type. Colruyt souhaite au préalable étudier en profondeur la rentabilité du système qui coûte certes moins cher en main d'oeuvre mais implique un investissement dans de la technologie de pointe.La chaîne de supermarchés néerlandaise Albert Heijn avait déjà évoqué l'idée d'implanter des magasins sans personnel dans les entreprises belges et Auchan a ouvert le mois dernier un petit supermarché ouvert 24/24h sur un campus universitaire du Nord de la France, lui aussi tout à fait automatisé. Le groupe Colruyt n'est certes pas le seul dans la course au niveau international, mais il demeure néanmoins le premier à tenter l'expérience en Belgique.