Le débat sur le port de signes convictionnels dans l'administration, et donc le voile notamment, a récemment provoqué un furieux débat à Molenbeek. La section Ecolo de la commune s'est divisée et le MR s'est étranglé. Désormais, c'est à Schaerbeek que le débat se pose. Et cela risque là aussi de provoquer des tensions.
...

Le débat sur le port de signes convictionnels dans l'administration, et donc le voile notamment, a récemment provoqué un furieux débat à Molenbeek. La section Ecolo de la commune s'est divisée et le MR s'est étranglé. Désormais, c'est à Schaerbeek que le débat se pose. Et cela risque là aussi de provoquer des tensions.C'est une étonnante motion PTB-CDH qui met le sujet à l'ordre du jour dans la Cité de l'âne. Les conseillers communaux Hamza Boukhari (CDH) et Axel Bernard (PTB) ont déposé une motion pour demander la suppression de l'interdiction du port des signes convictionnels, qui sera au menu du conseil communal du 23 septembre. "C'est un débat qu'on a déjà eu plusieurs fois au conseil communal de Schaerbeek, dit Axel Bernard au Soir. Mais aujourd'hui, on sent qu'il y a un moment politique à saisir."Là aussi, le sujet a fortement divisé: la cheffe de groupe du CDH, Marie Nyssens, précisait que la motion n'est pas portée par son parti ni au niveau local, ni au niveau national. Et que le CDH veut à tout le moins amender le texte pour ne pas autoriser ces signes ostentatoires pour les fonctions représentatives. Oui dans l'administration, donc, mais pas dans les contacts avec les citoyens.Le CDH a finalement annonc que Hamza Boukhari se rangeait derrière cette proposition et que le motion initiale cosognée avec le PTB n'était plus d'actualité. Ce qui n'empêche le débat d'êtr lancé et l'image du CDH marquée par l'ncident.La majorité DéFI - Ecolo - Groen propose quant à elle une commission sur le sujet. Chat échaudé craint l'eau froide. Car le sujet est potentiellement explosif pour les formations concernées, singulièrement les écologistes: plusieurs membres ont menacé de quitter le parti à Molenbeek, furieux que le principe de neutralité soit de la sorte bafoué. Finalement, une seule défection s'est concrétisée, qui était déjà dans l'air.La question du communautarisme des partis ou de certains élus se trouve à nouveau posée vivement en Région bruxelloise. Le sujet est récurrent et s'explique pour des raisons à la fois de conviction philosophique et d'électoralisme des partis. L'arrive la députée schaeerbeekoise CDH, puis indépendante, Mahinur Ozdemir au parlement bruxellois avait notamment posé la question du port du voile pour les élus dans l'enceinte parlementaire, il y a quelques années.En attendant, le MR compte bien profiter de l'aubaine pour afficher sa singularité. Ce week-end, lors de son "libre débat", le président Georges-Louis Bouchez affirmait d'un ton martial que son parti était le seul à s'opposer à ce port des signes convictionels dans l'administration.