Ce sont plus d'1.5 millions de fichiers illégaux qui ont été retirés d'internet au cours de l'année 2010. Parmi ces fichiers l'on retrouve aussi bien des films, qu'ils soient issus de grosses productions hollywoodiennes ou qu'il s'agisse de films belges, des musiques et des jeux vidéo et 405 interventions de police, des services des douanes et du Service Public Fédéral Economie, ont conduit à la saisie de 150.000 marchandises illégales.

"Le seul moyen de faire quelque chose contre l'offre illégale en ligne est une collaboration avec les fournisseurs d'accès internet (FAI) belges. Ils sont les seuls qui peuvent prendre des mesures techniques pour empêcher, réduire ou rendre inaccessible l'offre illégale. Pour donner une chance à notre industrie du divertissement, nous devons prendre des mesures contre l'offre illicite", indique Christophe Van Mechelen de la BAF.

En 2008, les industries du divertissement représentaient 860 milliards d'euros. En 2010, ce sont 10 milliards d'euros qui ont été perdus ainsi que 185.000 emplois, en partie à cause du téléchargement.

Si rien n'est fait, la BAF estime que d'ici 2015, l'industrie pourrait enregistrer une perte de 240 milliards d'euros et la perte d'1,2 million d'emplois.

"La BAF demande que la contrefaçon et le piratage (en ligne et hors-ligne) soient inclus dans le nouveau plan de sécurité nationale qui fixe les priorités pour les services d'ordre belges", peut-on lire dans leur communiqué .

Le Vif.be, avec Belga

Ce sont plus d'1.5 millions de fichiers illégaux qui ont été retirés d'internet au cours de l'année 2010. Parmi ces fichiers l'on retrouve aussi bien des films, qu'ils soient issus de grosses productions hollywoodiennes ou qu'il s'agisse de films belges, des musiques et des jeux vidéo et 405 interventions de police, des services des douanes et du Service Public Fédéral Economie, ont conduit à la saisie de 150.000 marchandises illégales."Le seul moyen de faire quelque chose contre l'offre illégale en ligne est une collaboration avec les fournisseurs d'accès internet (FAI) belges. Ils sont les seuls qui peuvent prendre des mesures techniques pour empêcher, réduire ou rendre inaccessible l'offre illégale. Pour donner une chance à notre industrie du divertissement, nous devons prendre des mesures contre l'offre illicite", indique Christophe Van Mechelen de la BAF.En 2008, les industries du divertissement représentaient 860 milliards d'euros. En 2010, ce sont 10 milliards d'euros qui ont été perdus ainsi que 185.000 emplois, en partie à cause du téléchargement. Si rien n'est fait, la BAF estime que d'ici 2015, l'industrie pourrait enregistrer une perte de 240 milliards d'euros et la perte d'1,2 million d'emplois. "La BAF demande que la contrefaçon et le piratage (en ligne et hors-ligne) soient inclus dans le nouveau plan de sécurité nationale qui fixe les priorités pour les services d'ordre belges", peut-on lire dans leur communiqué . Le Vif.be, avec Belga