Pour obtenir ces chiffres, l'observatoire bruxellois du vélo effectue des comptages quatre fois par an en 26 lieux stratégiques de la Région. Les taux de croissance varient fortement d'un carrefour à l'autre.

Ainsi, c'est sur la rue de la Loi que l'on compte le plus de cyclistes. Viennent ensuite les carrefours Mérode, Porte de Flandre, Louise-Bailli ou encore Couronne-Germoir. A l'inverse, les amateurs du deux-roues se sont fait plutôt rares aux carrefours de la Gare de l'Ouest, de la place Emile Bockstael et de l'avenue De Fré/chaussée de Waterloo.

Globalement, le mois de septembre 2018 a par ailleurs connu la plus importante augmentation (+28%) du peloton, tandis que le mois de mai a enregistré la plus faible, avec seulement 2% de cyclistes en plus. Selon l'ASBL Pro Vélo, en charge de l'observatoire, les bons résultats de ces dernières années sont dus à des facteurs conjoncturels (comme les fermetures de tunnels, l'attentat dans le métro en 2016, une météo favorable, etc.), à la congestion du trafic en heure de pointe, aux transports en commun souvent saturés ou encore à l'arrivée sur le marché de nouveaux vélos, tels que les vélos à assistance électrique (11%), les vélos pliants (8%), cargo (2%), etc.

Le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, y voit également le résultat de sa politique cyclable. "En 5 ans, grâce notamment au développement d'une véritable politique tournée vers la pratique du vélo, le nombre de cyclistes à Bruxelles a doublé", s'est-il réjoui.

"Ces chiffres démontrent l'utilité d'investir dans une infrastructure sécurisée. Ainsi, quand vous octroyez plus de place aux cyclistes, vous avez plus de cyclistes en rue", a-t-il ajouté.

Belga