Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens ont refusé, arguant qu'ils souhaitaient entendre " l'institution " et non des " groupes de pression défendant d...

Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens ont refusé, arguant qu'ils souhaitaient entendre " l'institution " et non des " groupes de pression défendant des intérêts particuliers ". Courroucés, les représentants des employeurs et des syndicats ont vertement protesté : " Nous réduire à des groupes de pression pour intérêts particuliers, c'est soit méconnaître la concertation sociale belge, soit ne pas nous reconnaître comme interlocuteurs représentatifs ", argue l'un des membres du Groupe des Dix. Ce qui est un brin contradictoire dans le chef des informateurs royaux, qui ont tout de même prié patrons et syndicats de travailler avec le gouvernement sur le dossier des pensions, du financement de la sécu et de l'évolution du marché du travail...