"Alors que les chantiers RER sont aujourd'hui à l'arrêt pour huit ans au moins, les voiries de service asphaltées pourraient constituer, dès aujourd'hui, une formidable opportunité pour la mise en oeuvre d'un "RER vélo" brabançon, moyennant la sécurisation de ces voies à faible coût", fait valoir le Gracq.

Selon M. Goffinet, la mise en place d'une piste cyclable entre Ottignies et Bruxelles ne demanderait pas d'importants travaux d'aménagements. "Seuls 2 km entre Genval et la Hulpe devraient être construits. Pour le reste, il s'agirait uniquement d'installer des entrées et des sorties ainsi qu'une clôture de sécurité de 20 km."

Le Gracq rappelle par ailleurs qu'en Flandre, de nombreuses lignes ferroviaires sont bordées par des pistes cyclables. "La Région flamande ou la province passent un accord avec Infrabel, financent la piste et déchargent le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire de toute responsabilité en cas d'accident", détaille M. Goffinet, ajoutant qu'aucun cycliste n'avait été happé par un train sur l'une de ces pistes.

Cette pétition fait suite à l'initiative d'un cycliste et blogueur d'emprunter une voie asphaltée le long du futur RER pour rejoindre Ottignies à Bruxelles. Infrabel et le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) avaient décrié la démarche, l'estimant dangereuse.

"Alors que les chantiers RER sont aujourd'hui à l'arrêt pour huit ans au moins, les voiries de service asphaltées pourraient constituer, dès aujourd'hui, une formidable opportunité pour la mise en oeuvre d'un "RER vélo" brabançon, moyennant la sécurisation de ces voies à faible coût", fait valoir le Gracq. Selon M. Goffinet, la mise en place d'une piste cyclable entre Ottignies et Bruxelles ne demanderait pas d'importants travaux d'aménagements. "Seuls 2 km entre Genval et la Hulpe devraient être construits. Pour le reste, il s'agirait uniquement d'installer des entrées et des sorties ainsi qu'une clôture de sécurité de 20 km." Le Gracq rappelle par ailleurs qu'en Flandre, de nombreuses lignes ferroviaires sont bordées par des pistes cyclables. "La Région flamande ou la province passent un accord avec Infrabel, financent la piste et déchargent le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire de toute responsabilité en cas d'accident", détaille M. Goffinet, ajoutant qu'aucun cycliste n'avait été happé par un train sur l'une de ces pistes. Cette pétition fait suite à l'initiative d'un cycliste et blogueur d'emprunter une voie asphaltée le long du futur RER pour rejoindre Ottignies à Bruxelles. Infrabel et le ministre de la Mobilité François Bellot (MR) avaient décrié la démarche, l'estimant dangereuse.