"Si je ne me fais pas vacciner de la troisième dose, mon pass sanitaire sera-t-il toujours valable?" C'est une question que de nombreux Belges se posent depuis le lancement de la nouvelle campagne de vaccination visant à administrer une dose de rappel aux personnes à risque. Et si la problématique inquiétait principalement les personnes de plus de 65 ans, l'annonce des ministres d'étendre cette troisième injection à l'ensemble de la population belge resème le doute. Faut-il craindre une restriction des libertés, dès lors qu'on refuse cette dose de rappel?

Bien sûr que non, affirme le ministère de la Santé publique. Cette dose supplémentaire de vaccin est, comme son nom l'indique, un complément à la campagne de vaccination actuelle, qui considère que toute personne vaccinée au moins deux fois est "entièrement vaccinée". Cette 3e injection n'est donc pas obligatoire, mais fortement conseillée.

En d'autres termes, même en cas de refus de cette dose de rappel, le Covid Safe Ticket n'arrivera pas à expiration. " Il n'y a pas d'obligation à faire la troisième dose. Si vous la faites, vous recevez un troisième certificat. Mais le deuxième est toujours valable", répond ainsi France Dammel, porte-parole du ministre Frank Vandenbroucke. Les certificats de vaccination restent en effet valables un an à compter de la date de la seconde injection (ou première pour le vaccin de Johnson&Johnson), selon Covidsafe.be. Cela signifie que si vous avez reçu votre 2e dose en août 2021, vous serez en ordre au moins jusqu'en août 2022. Néanmoins, cette période de 365 jours ne sera pas prolongée sans cette piqûre de rappel.

En France, le maintien du pass sanitaire est conditionné

Il ne faut donc pas craindre de voir le CST désactivé, contrairement aux Français, pour qui le maintien du pass sanitaire est conditionné pour les plus de 65 ans. La validité du document sera en effet soumise, à partir du 15 décembre, à l'injection d'une dose de rappel. Ainsi, si une personne refuse de se faire vacciner une troisième fois, son pass sanitaire sera immédiatement désactivé et l'accès au restaurant, au cinéma, aux salles de concert ou à de nombreux lieux publics lui sera refusé.

Un ultimatum lancé par le Président Emmanuel Macron, alors que la situation épidémique face au covid se dégrade. En Belgique, l'évolution de la pandémie est loin d'être favorable : tous les chiffres sont à la hausse et les hôpitaux sont même forcés de fermer des lits de soins intensifs par manque de personnel. De quoi amener les autorités à changer d'avis sur le Covid Safe Ticket? Tout est possible...

"Si je ne me fais pas vacciner de la troisième dose, mon pass sanitaire sera-t-il toujours valable?" C'est une question que de nombreux Belges se posent depuis le lancement de la nouvelle campagne de vaccination visant à administrer une dose de rappel aux personnes à risque. Et si la problématique inquiétait principalement les personnes de plus de 65 ans, l'annonce des ministres d'étendre cette troisième injection à l'ensemble de la population belge resème le doute. Faut-il craindre une restriction des libertés, dès lors qu'on refuse cette dose de rappel?Bien sûr que non, affirme le ministère de la Santé publique. Cette dose supplémentaire de vaccin est, comme son nom l'indique, un complément à la campagne de vaccination actuelle, qui considère que toute personne vaccinée au moins deux fois est "entièrement vaccinée". Cette 3e injection n'est donc pas obligatoire, mais fortement conseillée.En d'autres termes, même en cas de refus de cette dose de rappel, le Covid Safe Ticket n'arrivera pas à expiration. " Il n'y a pas d'obligation à faire la troisième dose. Si vous la faites, vous recevez un troisième certificat. Mais le deuxième est toujours valable", répond ainsi France Dammel, porte-parole du ministre Frank Vandenbroucke. Les certificats de vaccination restent en effet valables un an à compter de la date de la seconde injection (ou première pour le vaccin de Johnson&Johnson), selon Covidsafe.be. Cela signifie que si vous avez reçu votre 2e dose en août 2021, vous serez en ordre au moins jusqu'en août 2022. Néanmoins, cette période de 365 jours ne sera pas prolongée sans cette piqûre de rappel.Il ne faut donc pas craindre de voir le CST désactivé, contrairement aux Français, pour qui le maintien du pass sanitaire est conditionné pour les plus de 65 ans. La validité du document sera en effet soumise, à partir du 15 décembre, à l'injection d'une dose de rappel. Ainsi, si une personne refuse de se faire vacciner une troisième fois, son pass sanitaire sera immédiatement désactivé et l'accès au restaurant, au cinéma, aux salles de concert ou à de nombreux lieux publics lui sera refusé.Un ultimatum lancé par le Président Emmanuel Macron, alors que la situation épidémique face au covid se dégrade. En Belgique, l'évolution de la pandémie est loin d'être favorable : tous les chiffres sont à la hausse et les hôpitaux sont même forcés de fermer des lits de soins intensifs par manque de personnel. De quoi amener les autorités à changer d'avis sur le Covid Safe Ticket? Tout est possible...