Lire également "Affaire D. Leroy: pourquoi la transaction pénale soulève le problème de la "justice de classe"
...

Cette façon d'éviter un procès en mettant de l'argent sur la table (via la transaction pénale) heurte plusieurs députés. " Justice de classe ! " s'exclame Raoul Hedebouw (PVDA-PTB), alors que " les voleurs de biscuits ", enchaîne Stefaan Van Hecke (Ecolo-Groen), se voient régulièrement infliger des peines de prison. " Les tricheurs doivent être traduits devant un juge, quelle que soit l'épaisseur de leur portefeuille ", tranche Joris Vandenbroucke (SP.A). Pour le ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), cette loi dite " de rachat " permet au juge " souvent confronté à un manque de preuves et au dépassement du délai raisonnable " de sanctionner " correctement " des délits financiers graves. Mais " à titre personnel ", il se dit ouvert à un débat sur sa suppression. Au menu du prochain gouvernement ?M. La.