Durant la période de l'étude, un même patient Covid (toutes autres variables étant constantes) hospitalisé en SI en période de "surcharge" aurait un risque de mortalité en moyenne de 6% plus élevé que s'il avait séjourné en SI en dehors d'une période de "surcharge", a précisé Sciensano.

Cela souligne la nécessité, selon l'Institut de santé publique, "d'éviter de dépasser la capacité existante des soins intensifs et d'encourager une répartition optimale des patients dans les lits de soins intensifs reconnus, et donc le transfert de patients vers des hôpitaux disposant encore de lits de soins intensifs".

Au plus fort de l'épidémie, les hôpitaux belges ont souvent dû réduire le nombre de soins non liés au Covid-19, et d'autres services hospitaliers et des salles et blocs opératoires ont été convertis en nouveaux services de soins intensifs.

Durant la période de l'étude, un même patient Covid (toutes autres variables étant constantes) hospitalisé en SI en période de "surcharge" aurait un risque de mortalité en moyenne de 6% plus élevé que s'il avait séjourné en SI en dehors d'une période de "surcharge", a précisé Sciensano. Cela souligne la nécessité, selon l'Institut de santé publique, "d'éviter de dépasser la capacité existante des soins intensifs et d'encourager une répartition optimale des patients dans les lits de soins intensifs reconnus, et donc le transfert de patients vers des hôpitaux disposant encore de lits de soins intensifs". Au plus fort de l'épidémie, les hôpitaux belges ont souvent dû réduire le nombre de soins non liés au Covid-19, et d'autres services hospitaliers et des salles et blocs opératoires ont été convertis en nouveaux services de soins intensifs.