Ce Park & Ride hors-sol qui jouxte la station de métro Ceria compte quelque 1.300 places de parking pour automobiles et 300 places de parking sécurisées pour vélos. Le projet a été initié en 2014 et le chantier de construction a duré environ un an. Le Park & Ride Ceria a nécessité un investissement régional de 14 millions d'euros.

Les tarifs seront particulièrement attractifs pour les navetteurs, qui paieront une cotisation de 5 euros par mois et un euro par jour de stationnement. Sans cotisation, pour les navetteurs occasionnels et les touristes, le forfait est de 3 euros pour la journée.

Les Bruxellois pourront également utiliser le parking au besoin mais à un tarif normal, à savoir pour environ 1 euro par heure de stationnement. Ces Park & Ride sont destinés à permettre aux navetteurs d'abandonner leurs véhicules à l'entrée de la capitale et de poursuivre leur parcours en transports en commun. Ils contribueront ainsi à une mobilité plus fluide dans la capitale et à une réduction de la pollution. Eric Tomas a rappelé que lorsqu'il était jeune parlementaire il y a une trentaine d'années, il avait interpellé le ministre fédéral des Transports Herman De Croo pour lui soumettre l'idée de prolonger le métro jusqu'au Ceria et d'y mettre un parking de dissuasion.

Les prochains Park & Ride à voir le jour seront localisés rue de Stalle à Uccle et près de la station Esplanade à proximité du Heysel. L'extension du parking Crainhem devrait aussi permettre de passer de 200 à 800 places. Pascal Smet a par ailleurs souligné que les meilleurs parkings de dissuasion sont ceux qui sont construits en Flandre et en Wallonie, ceux aux entrées de la Région bruxelloise faisant office de dernière ligne.

Belga