L'extrême droite se déconfine, décomplexée, avec une délectation qui fait froid dans le dos à l'heure des mouvements antiracistes. Sur les réseaux sociaux, le mouvement Schild & Vrienden multiplie les démonstrations de force, biceps à l'air et ironie en bandoulière. Un groupuscule ? Plus vraiment ? Schild & Vrienden n'est autre que le mouvement dirigé par Dries Van Langenhove, désormais élu indépendant à la Chambre sur une liste du Vlaams Belang et qui figure sur ces photos inquiétantes. Issu des cercles étudiants, l'association compte, quan...

L'extrême droite se déconfine, décomplexée, avec une délectation qui fait froid dans le dos à l'heure des mouvements antiracistes. Sur les réseaux sociaux, le mouvement Schild & Vrienden multiplie les démonstrations de force, biceps à l'air et ironie en bandoulière. Un groupuscule ? Plus vraiment ? Schild & Vrienden n'est autre que le mouvement dirigé par Dries Van Langenhove, désormais élu indépendant à la Chambre sur une liste du Vlaams Belang et qui figure sur ces photos inquiétantes. Issu des cercles étudiants, l'association compte, quand même, pas moins de 36.833 personnes qui aiment sa page Facebook.Sa philosophie s'enracine dans le 'suprématisme blanc' en vogue à l'extrême droite aux Etats-Unis et adopte la théorie du 'grand remplacement' prônée par les théoriciens anti-migration en Europe. Le discours et la forme font désormais frémir la Sûreté de l'Etat, estimant que ces extrémistes pourraient passer à l'acte comme c'est le cas en Allemagne, notamment.Le groupe Ecolo-Groen à la Chambre s'inquiète ce jeudi de la participation d'une vingtaine de Belges partisans de l'extrême-droite à des camps paramilitaires à l'étranger. Une réponse à une question parlementaire du ministre de la Justice, Koen Geens (CD&V), a confirmé cette information révélée par les médias flamands. Face à un phénomène aussi grave, Ecolo "s'inquiète de la tiédeur et de la prudence de la réaction de l'État fédéra". "Dans sa réponse, le ministre Geens précise en effet que ce type d'entraînement n'est pas illégal, s'étonne Cécile Thibaut, députée fédérale Ecolo. Ce genre d'entraînement n'est pas anodin et la résurgence d'actes violents perpétrés par des militants d'extrême-droite devrait pourtant susciter davantage de vigilance." Koen Geens souligne que de tels agissement sont toutefois de nature à ficher les participants comme extrémistes potentiellement dangereux, à suivre par les autorités. Dans la banque de données reprenant les 'Terrorist Fighters', vingt-cinq personnes sont aujourd'hui recensées pour leurs liens avec l'extrême droite.Dans sa réponse, le Ministre indique qu'il est très possible que des membres de Schild en Vriend ait participé à titre personnel à ce type de stage, ce qui est particulièrement inquiétant et interpellant. "Pour les écologistes, la menace doit être prise très au sérieux et faire l'objet d'un suivi beaucoup plus serré tant de la Sûreté de l'État que des services de police belges, prolonge la députée. Avoir des idées extrémistes et développer des compétences aussi pointues en manière de maniement des armes, c'est un cocktail explosif. L'État belge ne peut attendre qu'il ne soit trop tard pour réagir." Les écologistes interpelleront le gouvernement fédéral cet après-midi sur le sujet.