Interrogé sur l'identité du remplaçant ou de la remplaçante de M. Dolimont à l'échelon local, M. Bouchez a changé de ton et déploré le caractère "indigne" de la question, suscitant la surprise de plusieurs journalistes. Neuvième élue sur la liste MR aux élections communales de 2018, Mme Demaret aurait en effet pu être choisie pour remplacer le ministre régional. Le point sera réglé au sein de la section locale du parti. "La personne qui aurait dû l'être ne le sera pas", a-t-il souligné.

"Normalement, cela aurait dû être quelqu'un qui m'est très proche. La décision a été prise qu'elle ne deviendrait pas présidente du CPAS pour éviter les critiques et les attaques. Manifestement, en 2022, quand vous êtes une femme, vous êtes plus regardée pour vos relations personnelles que vos qualités", a-t-il ajouté en marge de la conférence de presse.

Interrogé sur l'identité du remplaçant ou de la remplaçante de M. Dolimont à l'échelon local, M. Bouchez a changé de ton et déploré le caractère "indigne" de la question, suscitant la surprise de plusieurs journalistes. Neuvième élue sur la liste MR aux élections communales de 2018, Mme Demaret aurait en effet pu être choisie pour remplacer le ministre régional. Le point sera réglé au sein de la section locale du parti. "La personne qui aurait dû l'être ne le sera pas", a-t-il souligné. "Normalement, cela aurait dû être quelqu'un qui m'est très proche. La décision a été prise qu'elle ne deviendrait pas présidente du CPAS pour éviter les critiques et les attaques. Manifestement, en 2022, quand vous êtes une femme, vous êtes plus regardée pour vos relations personnelles que vos qualités", a-t-il ajouté en marge de la conférence de presse.