Les écologistes ont dénoncé une "instrumentalisation" du vote et l'utilisation de "fake news" contre leur candidate. La N-VA et le Vlaams Belang avaient exprimé dès le mois de novembre leur opposition à Mme Khattabi. La première avait même lancé sur les réseaux sociaux une campagne contre l'ex-co-présidente des Verts fondée sur une information contredite par les rapports de police, à savoir que Mme Khattabi se serait opposée physiquement, à bord d'un avion en 2013, à l'expulsion d'un ressortissant étranger.

Ecolo maintient son soutien à Mme Khattabi. "Nous allons remettre les choses à plat mais, a priori, elle reste la personne proposée pour exercer cette fonction", a indiqué la cheffe de groupe, Hélène Ryckmans.

"Zakia Khattabi continue à avoir toutes les qualités requises pour exercer cette fonction. Elle a une expérience parlementaire de cinq ans. Elle a montré son attachement aux valeurs de la démocratie", a ajouté Mme Ryckmans, regrettant le sort fait à une personne "qui n'est pas du sérail" et "est représentative de diversité de la société belge".

Les sénateurs du Vlaams Belang ont applaudi le résultat du vote, ce qui leur a valu le rappel à l'ordre de la présidente soucieuse de préserver la "dignité" de l'institution.

Les soixante élus et cooptés qui composent le Sénat étaient tous présents. Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, absent lors du premier tour de vote, avait rejoint l'assemblée pour le second.

L'an passé, outre les nationalistes, les libéraux avaient également exprimé leurs réticences à la candidature de la députée Ecolo. Certaines prises de position de Mme Khattabi mais aussi ses remarques acerbes, notamment à l'égard de Charles Michel, lui ont valu de sérieuses inimitiés.

Le Sénat avait déjà reporté au mois de décembre un premier vote. Le scrutin de vendredi s'annonçait sous de meilleurs auspices. Le MR devait soutenir Mme Khattabi, avait-on appris en début de matinée. A l'Open Vld, seule l'élue bruxelloise Els Ampe avait annoncé son opposition à l'écologiste.

Il a toutefois manqué deux voix à l'ex-co-présidente pour obtenir les deux tiers.

Les écologistes ont dénoncé une "instrumentalisation" du vote et l'utilisation de "fake news" contre leur candidate. La N-VA et le Vlaams Belang avaient exprimé dès le mois de novembre leur opposition à Mme Khattabi. La première avait même lancé sur les réseaux sociaux une campagne contre l'ex-co-présidente des Verts fondée sur une information contredite par les rapports de police, à savoir que Mme Khattabi se serait opposée physiquement, à bord d'un avion en 2013, à l'expulsion d'un ressortissant étranger. Ecolo maintient son soutien à Mme Khattabi. "Nous allons remettre les choses à plat mais, a priori, elle reste la personne proposée pour exercer cette fonction", a indiqué la cheffe de groupe, Hélène Ryckmans. "Zakia Khattabi continue à avoir toutes les qualités requises pour exercer cette fonction. Elle a une expérience parlementaire de cinq ans. Elle a montré son attachement aux valeurs de la démocratie", a ajouté Mme Ryckmans, regrettant le sort fait à une personne "qui n'est pas du sérail" et "est représentative de diversité de la société belge". Les sénateurs du Vlaams Belang ont applaudi le résultat du vote, ce qui leur a valu le rappel à l'ordre de la présidente soucieuse de préserver la "dignité" de l'institution. Les soixante élus et cooptés qui composent le Sénat étaient tous présents. Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, absent lors du premier tour de vote, avait rejoint l'assemblée pour le second. L'an passé, outre les nationalistes, les libéraux avaient également exprimé leurs réticences à la candidature de la députée Ecolo. Certaines prises de position de Mme Khattabi mais aussi ses remarques acerbes, notamment à l'égard de Charles Michel, lui ont valu de sérieuses inimitiés. Le Sénat avait déjà reporté au mois de décembre un premier vote. Le scrutin de vendredi s'annonçait sous de meilleurs auspices. Le MR devait soutenir Mme Khattabi, avait-on appris en début de matinée. A l'Open Vld, seule l'élue bruxelloise Els Ampe avait annoncé son opposition à l'écologiste. Il a toutefois manqué deux voix à l'ex-co-présidente pour obtenir les deux tiers.