La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), a déclaré jeudi en séance plénière du parlement qu'il y avait un risque que les rassemblements se fassent en plusieurs endroits. Le bourgmestre de Bruxelles est en contact avec la police et une réunion de coordination avec le Centre de crise est prévue demain/vendredi. Le 1er mai est toujours une journée chargée en manifestations à Bruxelles: une dizaine d'événements sont déjà prévus.

"Le bourgmestre tient à ajouter que Bruxelles est toujours attentive au droit à la liberté d'expression et que la capitale est un lieu de détente. Mais si vous venez à Bruxelles pour semer le chaos et provoquer la police, alors la police interviendra", a précisé sa porte-parole Maïté Van Rampelbergh.

Facebook, en concertation avec le parquet de Bruxelles, a depuis supprimé l'événement La Boum 2 du réseau social. Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté leur intérêt pour ce rassemblement. Les organisateurs, le collectif L'abîme, ont déclaré avoir été attaqués de toutes parts après la parution d'un article de l'hebdomadaire Moustique qui prétendait que des militants extrémistes seraient présents en nombre. Selon la réaction du collectif sur Facebook, c'est cela qui a dû provoquer la suppression de la page de l'événement.

La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), a déclaré jeudi en séance plénière du parlement qu'il y avait un risque que les rassemblements se fassent en plusieurs endroits. Le bourgmestre de Bruxelles est en contact avec la police et une réunion de coordination avec le Centre de crise est prévue demain/vendredi. Le 1er mai est toujours une journée chargée en manifestations à Bruxelles: une dizaine d'événements sont déjà prévus. "Le bourgmestre tient à ajouter que Bruxelles est toujours attentive au droit à la liberté d'expression et que la capitale est un lieu de détente. Mais si vous venez à Bruxelles pour semer le chaos et provoquer la police, alors la police interviendra", a précisé sa porte-parole Maïté Van Rampelbergh.Facebook, en concertation avec le parquet de Bruxelles, a depuis supprimé l'événement La Boum 2 du réseau social. Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté leur intérêt pour ce rassemblement. Les organisateurs, le collectif L'abîme, ont déclaré avoir été attaqués de toutes parts après la parution d'un article de l'hebdomadaire Moustique qui prétendait que des militants extrémistes seraient présents en nombre. Selon la réaction du collectif sur Facebook, c'est cela qui a dû provoquer la suppression de la page de l'événement.