Les tarifs de terminaison d'appel vers les numéros fixes sont les tarifs de gros qu'un opérateur de téléphonie fixe facture à d'autres opérateurs (fixes, mobiles, étrangers) lorsque ces derniers font aboutir un appel téléphonique sur les numéros géographiques fixes, les numéros 078 ou les numéros d'urgence de l'opérateur en question, explique l'IBPT.

Ces charges sont régulées par le gendarme du secteur afin d'éviter que les opérateurs puissants ne pratiquent des tarifs excessifs, ce qui pourrait entraîner une hausse des tarifs utilisateurs finaux pour la téléphonie fixe.

Un opérateur dispose de facto d'une position monopolistique sur ses propres numéros fixes, du fait qu'il est le seul, via son propre réseau, à pouvoir terminer un appel vers ces numéros, rappelle encore l'IBPT.

L'organe de régulation imposera un tarif de terminaison maximal de 0,116 centime/minute à partir du 1er janvier. Cela représente une baisse "significative" par rapport au tarif moyen actuel de 0,7 centime/minute, souligne-t-il.

Les tarifs de terminaison d'appel vers les numéros fixes sont les tarifs de gros qu'un opérateur de téléphonie fixe facture à d'autres opérateurs (fixes, mobiles, étrangers) lorsque ces derniers font aboutir un appel téléphonique sur les numéros géographiques fixes, les numéros 078 ou les numéros d'urgence de l'opérateur en question, explique l'IBPT. Ces charges sont régulées par le gendarme du secteur afin d'éviter que les opérateurs puissants ne pratiquent des tarifs excessifs, ce qui pourrait entraîner une hausse des tarifs utilisateurs finaux pour la téléphonie fixe. Un opérateur dispose de facto d'une position monopolistique sur ses propres numéros fixes, du fait qu'il est le seul, via son propre réseau, à pouvoir terminer un appel vers ces numéros, rappelle encore l'IBPT. L'organe de régulation imposera un tarif de terminaison maximal de 0,116 centime/minute à partir du 1er janvier. Cela représente une baisse "significative" par rapport au tarif moyen actuel de 0,7 centime/minute, souligne-t-il.