Toutefois, son intervention, lors d'un jugement devant la 57e chambre, n'a pas plu à tout le monde. Tant du côté des magistrats flamands que francophones, les sourcils se sont froncés. Le juge qui a prononcé le verdict aurait ainsi ridiculisé un différend qui a eu lieu à Drogenbos et lui aurait donné une teinte communautaire.

L'incident sur lequel devait se pencher le tribunal remonte au 21 fébrier 2017 et se déroule dans un magasin, où une dispute a éclaté entre deux clients. Un des clients, une femme, a sorti une daurade de son panier et a frappé l'autre client au visage. Dans son verdict, le juge de la 57e chambre a comparé l'incident aux nombreux conflits liés à la pêche dans le village d'Astérix. La femme prévenue qui asséné des coups de daurade a bénéficié de la suspension du prononcé mais dans son verdict, le juge laisse par ailleurs entendre que l'incident ne semblait pas suffisamment important que pour pouvoir être traduit en justice. "Si de tels faits avaient été présentés à un praeto (juge)", ressort-il du jugement, "il aurait sans aucun doute déclaré: 'De minimis non curat praetor' (le juge ne s'intéresse pas aux banalités)".

Le juge a en outre déclaré, sans aucune raison apparente, que les faits se sont déroulés dans un "village principalement francophone situé en territoire flamand". De tels propos n'ont pas manqué d'interpeller les magistrats présents, tant francophones que néerlandophones. "Non seulement une teinte communautaire est donnée à l'incident mais le juge a complètement ridiculisé l'affaire. C'est un peu comme envoyer le signal qu'on peut faire usage de la violence".