Au 89 rue de la Loi, le siège du CD&V, c'est à peine si on n'a pas dansé la polonaise lors de la publication des résultats des derniers sondages de VTM, RTL, Het Laatste Nieuws et Le Soir vendredi dernier. Enfin, le parti progresse à nouveau, et de manière visible : de 10 % en juin à 12,6 %. Le CD&V devient ainsi soudainement plus important que le Vooruit (12,3 %) et l'Open VLD (11,4 %), les deux autres partis traditionnels. Ou mieux : petits partis. Depuis les élections de 2019, ils jouent à saute-mouton dans une fourchette comprise entre 10 et 15 %, applaudissant ou grinçant des dents pour des différences statistiquement non pertinentes, voire inexistantes.
...

Au 89 rue de la Loi, le siège du CD&V, c'est à peine si on n'a pas dansé la polonaise lors de la publication des résultats des derniers sondages de VTM, RTL, Het Laatste Nieuws et Le Soir vendredi dernier. Enfin, le parti progresse à nouveau, et de manière visible : de 10 % en juin à 12,6 %. Le CD&V devient ainsi soudainement plus important que le Vooruit (12,3 %) et l'Open VLD (11,4 %), les deux autres partis traditionnels. Ou mieux : petits partis. Depuis les élections de 2019, ils jouent à saute-mouton dans une fourchette comprise entre 10 et 15 %, applaudissant ou grinçant des dents pour des différences statistiquement non pertinentes, voire inexistantes."Un sondage ne fait pas la différence. Le CD&V n'a pas d'avenir. Je n'aime pas dire cela, car depuis des décennies, je suis impliqué corps et âme dans mon parti. Mais aujourd'hui, le CD&V ne correspond plus à la réalité sociologique de la Flandre", déclare une éminence grise. "En même temps, la Flandre aspire à ce qu'un grand parti de centre gouverne le pays : une alliance de personnes raisonnables qui sont actuellement encore éparpillées au CD&V, à la N-VA, à l'Open VLD et aussi au Vooruit. C'est pourquoi je suis indulgent pour Joachim Coens. Pourquoi serait-il soudainement capable de faire ce que ses prédécesseurs n'ont pas pu faire : remettre le CD&V sur la carte?"Quelques jours plus tard. Lors d'une session Zoom dominicaine, un autre membre du CD&V, tout aussi renommé, croit encore en un avenir pour son parti. Mais tout de même. "Il est irréaliste d'espérer que Coens nous ramène à 20 %. S'il obtient 15 % aux prochaines élections, ce sera un excellent score. Le scénario le plus réaliste est que nous atterrissions à 10 %. Et il pourrait en être ainsi pendant de nombreuses années".Les paris sont ouverts, car l'ère post-coronavirus arrive. Il s'agira de savoir quel parti aura assez de résilience pour faire oublier le confinement. Pour les trois partis classiques du centre, il s'agira d'une tâche quasi existentielle. Parviendront-ils à diriger à nouveau le pays, ou sont-ils condamnés à une existence minable entre 10 et 15 % ?Pour le CD&V, c'est une position contre nature. Au temps de la jeunesse du président Joachim Coens (°1966), le CVP obtenait encore plus de 40 %. Avant que s'installe un déclin irrévocable. Les dernières élections de 2019 ont même atteint un niveau historiquement bas, avec 14,2 %. Et ça peut encore s'aggraver. Début juin, le CD&V échouait à 10 % dans un sondage réalisé par VTM, RTL, Het Laatste Nieuws et Le Soir. Soudain, il est devenu le plus petit des trois partis traditionnels. Trois mois plus tard, il est à nouveau le plus grand du trio. Cela fait-il vraiment une différence ?Une capsule temporelle À la surprise générale, Coens a été élu président du CD&V. On soupçonne que le numéro deux, l'actuel secrétaire d'État à l'asile et à la migration Sammy Mahdi, a obtenu la quasi-totalité des voix dans les villes, ainsi que celles de nombreux députés, membres du cabinet et cadres du parti. Coens, par contre, était bien meilleur avec la base : des membres du CD&V des provinces, des membres plus anciens du parti aussi, qui, comme le nouveau président, chérissaient le souvenir de temps meilleurs, mais révolus.Coens a ainsi suivi les traces de son père, qui, à l'époque, croyait encore fermement en la démocratie chrétienne. En 1987, Daniël Coens écrivait : "Si le CVP n'existait pas, il faudrait l'inventer". Il a toutefois ajouté : "Je suis également convaincu que le CVP doit se renouveler en permanence, en totale adéquation avec une société dynamique et en rapide évolution. C'est une mission difficile." La question est de savoir si son fils a compris cet avertissement implicite.Lorsque Joachim Coens apparaît à la télévision, le public flamand voit un homme sympathique en veste démodée. Comme s'il sortait de la capsule temporelle dans laquelle il est conservé depuis 2001. "En tant que président du parti, il est revenu dans un parti qui était désormais complètement différent de celui qu'il avait connu à l'époque", déclare l'ancien ministre Eric Van Rompuy, aujourd'hui président du CD&V seniors. "Quand il est parti, nous avions encore trente sièges au parlement, aujourd'hui nous en avons dix-neuf. Il s'agit d'une réalité complètement différente, qui exige également une stratégie différente". Jusqu'à présent, l'approche de Coens n'en a guère fait preuve. "Il se comporte et communique comme s'il était à la tête d'un parti qui atteint encore 25 ou 30 %", déclare un membre du CD&V.Dix-huit likes Dans une longue interview accordée au Krant van West-Vlaanderen, Coens a promis "une formule magique pour la Belgique" à la fin du mois d'août. Qu'est-ce que ça peut être ? La Suisse. Pour Coens, ce pays possède un modèle inspirant qui peut créer davantage de liens avec l'électeur. Lorsque Bart De Wever (N-VA) ou Conner Rousseau (Vooruit) donnent une interview ou un discours, leurs mots se retrouvent en un rien de temps sur les réseaux sociaux et dans les journaux. Mais l'interview de Coens n'a pas été reprise. Nulle part. Il l'a donc tweeté autour de lui et elle lui a valu dix-huit likes. Dix-huit.La communication n'est pas son point fort. Néanmoins, douze personnes travaillent à son bureau de presse, dont un online performance marketeer, un expert en réseaux sociaux et un video storyteller, et sa confidente est la directrice de la presse et de la communication stratégique Eline Dhaen. Felix De Clerck a récemment annoncé qu'il quittait le cabinet de Hilde Crevits pour s'occuper de la "communication et des relations extérieures" au siège du parti. Mucho gusto ! #gazzegeven", a-t-il tweeté. Ce sera nécessaire.En tout cas, les attachés de presse de Coens ont fort à faire. Non seulement parce qu'ils doivent faire en sorte que leur patron soit plus présent dans les médias, mais aussi parce que lui-même ne lit pratiquement pas de journaux. Chaque jour, ils doivent faire un résumé de l'actualité, sur lequel Coens base ensuite ses tweets et autres rapports. "S'il critique quelque chose, c'est souvent sur la base de son opinion et de son intérêt personnel. Souvent, il n'a pas non plus discuté avec les membres du parti qui travaillent sur ce sujet"."Le président veut se profiler davantage et il est frustré de voir que les nouveaux ministres se débrouillent beaucoup mieux que lui dans les médias. Il a même déclaré vouloir communiquer davantage sur les thèmes qui font l'actualité." Coens constate que les ministres qu'il a nommés, comme Annelies Verlinden à l'Intérieur, ont généralement une presse positive. Le fait que Bart De Wever ait déjà pris Verlinden à partie prouve que le leader de la N-VA la considère déjà comme une tête de liste CD&V potentiellement redoutable pour Anvers.Génie stratégiqueDe nouvelles élections présidentielles sont prévues pour la fin de l'année prochaine. Cela signifie que Coens a encore plus d'un an pour redresser son parti et sauver sa présidence. Un observateur d'un autre parti a presque pitié de lui: "La situation actuelle n'est pas de sa faute. L'absence d'orientation de Coens illustre que la direction du parti ne sait plus à quel saint se vouer. De plus, aujourd'hui, il n'y a pas de direction, ce qui signifie immédiatement qu'il n'y a pas d'alternative à Joachim Coens."La question est de savoir s'il y a encore suffisamment d'ingéniosité stratégique. Même les membres les plus convaincus du CD&V ont des doutes. Notre parti est encore bon sur le plan tactique : nous savons généralement comment réagir aux événements politiques. Il n'est pas malin de la part de notre parti de ne pas sauter sur tous les buzz. Mais stratégiquement, nous sommes faibles. La manière dont le CD&V doit se positionner est cependant un sujet sur lequel les opinions des parlementaires, des anciens chefs de parti et des amis de la confession chrétienne divergent. Il faut donc reconnaître que, même dans les plus hautes sphères du parti, la définition de la position centrale n'est plus claire. "Le plus gros problème, c'est que Joachim Coens ne défend vraiment rien", déclare un collaborateur du parti. "Il confond souvent une position centriste avec un manque de contenu."La question, c'est, bien sûr, de savoir où se situe ce centre, s'il peut se déplacer et si le CD&V évoluera avec lui. Pour l'instant, les chrétiens-démocrates flamands sont satisfaits d'être à nouveau "au milieu du lit" : à gauche les verts et les socialistes, à droite les libéraux. Cette explication s'accompagne d'un avertissement. Le gouvernement Vivaldi n'est pas un gouvernement de centre. En Flandre, plus de 40 % des électeurs sont à la droite de la Vivaldi : les 25,2 % qui ont choisi la N-VA et les 19,1 % du Vlaams Belang. Pour pouvoir atteindre ce groupe colossal d'électeurs de l'opposition lors des prochaines élections, le CD&V, en tant que parti central du gouvernement, est trop à gauche. Mais se déplacer vers la droite - ce que Joachim Coens souhaiterait - n'est pas possible et ne se produira pas. Le poids des membres du CD&V qui sont liés à Beweging.net est encore trop important pour cela. L'ancien ACW n'est plus en mesure d'ajuster la ligne du parti en un claquement de doigts, mais de nombreux politiciens du "mouvement" ont des opinions plus sociales et multiculturelles que l'électorat potentiel de la droite. En outre, ajoutent à voix basse les membres du CD&V, les "membres du parti ayant des racines internationales" et leurs amis pèsent aussi lourdement sur le processus de décision interne. Ils empêchent une position plus ferme du CD&V dans tous les dossiers qui touchent à la liberté religieuse, à l'acquisition de la nationalité et à l'identité. "Sammy Mahdi aurait pu l'emporter sur eux. Coens ne peut pas vraiment faire ça. Quelqu'un a même appelé cela les deux chaînes auxquelles le CD&V est enchaîné et qui rendent très difficile tout déplacement stratégique vers le centre de l'électorat flamand - et donc vers la droite. Tant sur les dossiers socio-économiques que sur les questions d'identité.Une fusion Quoi qu'il en soit, la question sera tranchée au congrès idéologique de décembre. "Si Coens ne présente pas de message clair à ce moment-là, on risque de lui couper l'herbe sous le pied", déclare un collègue du parti. Ce congrès est préparé dans des groupes de travail dans lesquels siègent, outre les parlementaires, principalement de jeunes membres du CD&V sans mandat. "On y présente des positions claires", déclare Eric Van Rompuy. "Mais au final, quelqu'un doit tenir le stylo et distiller une synthèse cohérente à partir de tous ces apports. Nous ne pouvons pas nous permettre que le congrès devienne un champ de bataille. C'est à Joachim Coens de faire en sorte que nous fassions à nouveau preuve d'inspiration et de combativité. Il doit propulser le parti vers les 20%."Malgré toutes ces réflexions, on peut se poser la question à haute voix : dans une Flandre complètement laïcisée et déconfessionnalisée, y a-t-il encore un avenir pour un parti "chrétien" comme le CD&V ? Il faut être aveugle pour ignorer que les trois partis du centre classique perdent structurellement des électeurs depuis des années, le CD&V étant même celui qui en perd le plus. Avec la disparition du centre politique, le poids de la gauche et de la droite radicales augmente. Un nouveau parti du centre pourrait rétablir cet équilibre.Bien sûr, il faudra encore quelques élections décevantes avant que les quartiers généraux des partis ne ressentent également le besoin d'avoir, par exemple, un nouveau parti central moderne. Pourtant, au cours des dernières décennies, les trois partis traditionnels n'ont remporté les élections que lorsqu'ils ont pu forger une nouvelle alliance. Guy Verhofstadt a élargi le PVV au VLD en 1992, Steve Stevaert a créé le cartel SP.A-Spirit en 2003 et Yves Leterme a sorti une formule miracle avec le cartel flamand CD&V-N-VA de 2004 à 2008. Y a-t-il autre chose à faire que de se regrouper ?Après tout, Joachim Coens est peut-être l'homme qu'il faut à la place qu'il faut. Il a préparé la récente fusion des ports de Zeebrugge et d'Anvers comme un CEO, alors que pendant des années le sujet n'était pas négociable. Il a vu que la fusion était non seulement inévitable, mais aussi bonne pour Zeebrugge, et surtout pour la Flandre. Il serait donc peut-être intéressé par une augmentation politique d'échelle. Pour l'instant, Coens semble être un acteur d'une tragédie grecque. Il se bat contre un destin qu'il ne peut probablement pas éviter. "Coens ne peut pas sauver le CD&V, mais Hilde Crevits non plus. Donc je ne blâme pas l'homme."