"La vie n'est toujours pas revenue à la normale. Certaines personnes se comportent comme si tout était rentré dans l'ordre, mais elles sont généralement en infraction. Ne vous y trompez pas : la crise économique n'a pas encore frappé. Le chômage temporaire était une mesure brillante qui a aidé de nombreuses entreprises et organisations, mais la question est maintenant de savoir quelle part de ce chômage temporaire se transformera en chômage structurel."
...

"La vie n'est toujours pas revenue à la normale. Certaines personnes se comportent comme si tout était rentré dans l'ordre, mais elles sont généralement en infraction. Ne vous y trompez pas : la crise économique n'a pas encore frappé. Le chômage temporaire était une mesure brillante qui a aidé de nombreuses entreprises et organisations, mais la question est maintenant de savoir quelle part de ce chômage temporaire se transformera en chômage structurel."Des institutions telles que le Bureau néerlandais d'analyse de la politique économique et la Banque Nationale publient presque chaque semaine de nouveaux chiffres. De quoi tenez-vous compte ?J'ai visité une grande entreprise manufacturière la semaine dernière. Le chômage temporaire y durera normalement jusqu'à la fin du mois d'août. Ils m'ont dit que si cette mesure n'est pas prolongée jusqu'à la fin de l'année, ils devront probablement licencier 20 % de leur personnel. Et il s'agit d'une entreprise manufacturière, qui pourrait compenser le chiffre d'affaires perdu au printemps. Pour le secteur de l'événementiel et de l'horeca, il y a vraiment un gouffre: j'espère que tout le monde n'essaiera pas de compenser les bières qu'il n'a pas pu boire au café, ce ne serait pas sain.Au niveau fédéral, l'ambition d'un budget équilibré a certainement disparu jusqu'aux prochaines élections. Cela concerne-t-il aussi la Flandre ?Oui, nous voulions avoir un budget équilibré l'année prochaine, mais cette ambition a disparu. Nous n'allons pas fiche le budget en l'air, mais nous n'allons pas faire de l'équilibre une obsession. La meilleure mesure budgétaire est de remettre le plus grand nombre possible de personnes au travail, et pour cela, l'économie doit se redresser le plus rapidement possible. Cette semaine, nous recevrons les recommandations des experts du comité de relance économique et sociale (dont Geert Noels, Stijn Baert, Ive Marx et Lieven Annemans ; NDLR). Nous apporterons leurs recommandations avec nous à la déclaration de septembre et, à ce moment-là, nous examinerons également ce qui peut encore être une trajectoire réaliste.Pour prendre une avance sur la commission qui va enquêter sur la crise du coronavirus au Parlement flamand et évaluer la politique : quelles erreurs ont été commises en Flandre ?Il est clair qu'un certain nombre de choses ont mal tourné, dans une crise sans précédent pour laquelle il n'y avait pas de scénario. Je constate qu'il n'y avait pas de système d'alerte précoce, et que nous n'avons donc pas été avertis à temps qu'un virus aussi dangereux se dirigeait vers nous. Je ne sais pas à qui incombait cette responsabilité - à l'Organisation mondiale de la santé, à l'Union européenne ou peut-être que nous aurions dû le faire nous-mêmes - mais au moins, à l'avenir, il faut clarifier les choses. Mais de véritables erreurs ont-elles été commises en Flandre ? Au début de la crise, nous avons surtout été confrontés à un manque de tests et de mesures de protection. C'était un problème international qui était effectivement très pénible. Mais je ne pense pas que des erreurs catastrophiques aient été commises, et certainement pas de manière intentionnelle.Ce qui s'est passé dans les maisons de retraite ressemblait beaucoup à une catastrophe.Nos aînés ont traversé une période terrible, cela m'a profondément touché. Mais le groupe le plus vulnérable était également réuni dans ces maisons de repos. Qu'aurions-nous pu faire de plus ? Les maisons de repos ont été les premières à être mises en quarantaine. Les taux d'infection n'y n'est pas plus élevé que la moyenne flamande. Dans cette tranche d'âge, les personnes étaient donc infectées aussi souvent à l'intérieur qu'à l'extérieur des maisons de repos.Sommes-nous prêts pour une seconde vague ? Si cette deuxième vague est causée par le même virus, nous n'avons pas à reconfiner toute la société. Nous sommes maintenant suffisamment bien équipés pour isoler uniquement les personnes infectées par le virus. Toutes les procédures pour retrouver leurs contacts éventuels fonctionnent maintenant, mais nous avons surestimé l'enthousiasme de la population à participer. Même maintenant que les traceurs ont pu acquérir de l'expérience au téléphone, le nombre de contacts que les gens indiquent reste limité. On ne peut pas non plus leur tordre le bras. Nous travaillons toujours sur une application, mais j'ai un doute sur le fait que les gens soient prêts à installer une application gouvernementale sur leur smartphone. Nous allons sensibiliser les gens, mais la relation entre les Flamands et le gouvernement restera toujours un peu tendue.Aujourd'hui, nous parlons surtout de la page la plus sombre, la colonisation du Congo. Joren Vermeersch, qui sera bientôt l'idéologue de votre parti, a fait des déclarations remarquables dans Knack. "Outre de nombreux côtés répréhensibles, que nous connaissons et reconnaissons tous maintenant, la colonisation avait aussi de nombreux côtés positifs, mais on ne peut plus le dire", était son point de vue. Portons-nous un regard trop négatif sur la colonisation ?Joren Vermeersch sera uniquement membre du département d'études et ne s'impliquera dans l'idéologie qu'à ce titre. Les journalistes ont fait de lui notre idéologue maison. Bien sûr que pendant la période coloniale, tout n'était pas mauvais au Congo : la Belgique y a organisé l'enseignement, les soins de santé et les infrastructures routières. Mais le colonialisme en tant que modèle ne peut être accepté en aucune façon, certainement pas par un nationaliste populaire comme moi. C'est totalement indéfendable.Mais pensez-vous que nous en avons assez, en Belgique, des côtés répréhensibles de ce modèle ?Pour être honnête, je ne voudrais pas trop en parler. Le roi, en tant que descendant de Léopold II, a exprimé ses regrets. C'est bien. Sinon, c'est de l'histoire ancienne.Au Congo, cette histoire se poursuit encore aujourd'hui.Au fond, je ne sais pas. La statue de Léopold II est toujours debout à Kinshasa. Les Congolais ont aujourd'hui beaucoup plus de problèmes avec le régime actuel qu'avec ce qui s'est passé il y a plus de soixante ans. Ce n'est vraiment plus la question la plus urgente au Congo. Je ne vois également plus l'intérêt d'avoir une telle commission de vérité et de réconciliation. Si vous voulez aider les Congolais, vous devez examiner ce qui doit être fait dans ce pays aujourd'hui.Pour le politologue Cas Mudde, les membres de la N-VA ne sont pas racistes, mais leur empathie va toujours vers les Flamands blancs qui se plaignent qu'on leur retire quelque chose.Est-ce pour cette raison que nous avons Assita Kanko au Parlement européen, Nadia Sminate au Parlement flamand et Zuhal Demir au gouvernement flamand ? Nous sommes le seul parti qui compte des politiciens d'origine étrangère à des postes de haut niveau, et nous entendons encore de telles absurdités. Nous sommes le premier gouvernement flamand à enquêter sur la discrimination et à la combattre. Si ce monsieur pense que tout cela ne va pas assez loin, il devrait essayer d'obtenir lui-même une majorité en politique.La semaine dernière, il y a eu beaucoup d'agitation après que l'ancienne présidente de l'Open VLD, Gwendolyn Rutten, ait rappelé sur les ondes de la VRT que votre parti avait fait de son mieux pour négocier un accord gouvernemental avec le Vlaams Belang. Apparemment, beaucoup de gens l'avaient déjà oublié. Cela vous a-t-il surpris ?Je dois encore tondre ma pelouse. (rires) Nous en avons parlé nous-mêmes lors d'entretiens pendant et après cette période. Nous avons maintenant créé cette équipe, et elle fait un excellent travail. Cette page a été tournée, mais manifestement, les gens ont la mémoire courte.Dans le livre récemment publié De tragiek van de macht (La tragédie du pouvoir), le journaliste Joël De Ceulaer cite une interview du président de la N-VA, Bart De Wever, réalisée en 2006. Il y compare la lutte entre la N-VA et sa vision du nationalisme d'une part, et le Vlaams Belang d'autre part, à la bataille de Stalingrad. Il commande les Russes contre les Vlaams Belang qui attaquent. "C'est gagner ou mourir", a dit De Wever à ce sujet. La N-VA a gagné, mais à présent vous semblez perdre à nouveau et vous avez fait du Vlaams Belang votre partenaire privilégié. Qu'est-ce qui a changé ?C'est n'importe quoi. Qui dit que le Vlaams Belang est notre partenaire privilégié ? En ce moment, nous sommes de loin le plus grand parti du pays. Les sondages disent le contraire, mais notre ambition est de rester le plus grand parti après les prochaines élections. Les analyses politiques peuvent être intéressantes pour des gens comme vous, mais j'ai d'autres chats à fouetter.Le Vlaams Belang a-t-il changé depuis 2006 ? Je n'en sais rien. J'ai l'impression que Filip Dewinter y tient encore souvent le rênes. En ce sens, peu de choses ont changé. Nous n'avons jamais su si ce parti était capable ou non de négocier un accord de coalition.Alors, de quoi s'agissait-il ces deux mois ?Il faudrait poser la question à Bart De Wever. Ces conversations se déroulent discrètement. Bien sûr, il y a des différences fondamentales avec ce parti, mais cela ne nous empêche pas de lui parler. Sur d'autres points, nous nous entendons beaucoup mieux, par exemple sur une réforme de l'État.Quelles sont ces différences fondamentales entre le Vlaams Belang et la N-VA ?Ils donnent encore l'impression que nous pourrons renvoyer toute personne d'origine étrangère. C'est de la folie. Ils font également de l'Islam l'ennemi public numéro un, alors que nous ne nous préoccupons que des excès. Tous ceux qui veulent venir ici pour apporter une contribution et construire ensemble un projet d'avenir sont les bienvenus. La couleur de la peau et la religion n'ont pas d'importance, il n'y a que les extrémistes qui s'attaquent à nos droits fondamentaux que nous ne tolérons pas. En outre, les positions d'ultra-gauche du Vlaams Belang sur l'économie sont, bien sûr, très difficiles à concilier avec notre programme.On tente actuellement de former un gouvernement fédéral avec la N-VA, le MR, l'Open VLD, le CD&V, le cdH et le sp.a. Il devient ainsi plus à gauche que la coalition suédoise, dont vous étiez déjà mécontents, et ne dispose pas de suffisamment de sièges pour approuver une réforme de l'État. Pourquoi feriez-vous cela ?Nous restons très calmes. Dès qu'une note sera mise sur la table - j'espère qu'elle viendra enfin bientôt - nous l'examinerons. S'il s'agit d'un programme de gauche sans réforme de l'État et sans politique de sécurité et de migration digne d'intérêt, ce n'est évidemment pas la peine de nous l'envoyer.