Pour lui, il n'est pas question d'anticiper cette discussion. "Si le couvre-feu devait être prolongé unilatéralement, ce serait contraire à l'esprit dans lequel nous avons travaillé jusqu'à présent. Je serai du côté des partisans de son abolition, le jour où il en sera question", a-t-il ajouté.

La ministre de l'intérieur Annelies Verlinden (CD&V) défend toujours la mesure, mais elle a déclaré dimanche que le comité de concertation devra vérifier à chaque réunion si sa justification tient toujours.

Au cours de la même émission, le président de la MR, Georges-Louis Bouchez, a souhaité la levée du couvre-feu le plus rapidement possible. "Il nous semble raisonnable de le lever en avril dans la mesure où c'est une forte restriction de notre liberté. Il nous semble nécessaire qu'il disparaisse le jour où l'Horeca rouvrira ses portes", a-t-il dit.

Le chef de file des libéraux francophones préférerait que les établissements Horeca rouvrent plus tôt que le 1er mai, date qui a été avancée vendredi. "C'est vers le 1er mai au plus tard, car je pense que la vaccination devrait s'accélérer", a déclaré M. Bouchez.

Le couvre-feu à Bruxelles en discussion cette semaine

"Je réunirai les bourgmestres sur les mesures en vigueur à Bruxelles. L'idée sera d'accompagner le calendrier - ndlr: des mesures adoptées par le comité de concertation pour les prochaines semaines - de façon à ce qu'on en sorte", a affirmé M. Vervoort.

Depuis le 23 octobre dernier, un couvre-feu est imposé de 22h à 6h du matin, dans la capitale, tout comme le port du masque (couvrant le nez et la bouche), la fermeture de tous les commerces à 20h et l'interdiction de la consommation d'alcool dans l'espace public.

Selon la commission communautaire commune, le taux d'incidence - le nombre d'infections pour 100.000 habitants - a augmenté significativement au cours des derniers jours à Bruxelles, passant à 344 vendredi, contre 287 le 26 février dernier. Le taux de positivité est passé de 7,5% le 26 février à 7,6%, vendredi dernier, alors que le nombre de tests effectués est en légère augmentation.

Actuellement, plus de 50% des contaminations sont dues au variant britannique, plus contagieux. Les autres variants sont également en augmentation à Bruxelles. On observe aussi une augmentation des hospitalisations à Bruxelles depuis une dizaine de jours. Celles-ci sont passées à 318 le 4 mars, contre 279 le 26 février. Idem pour le nombre de personnes en unités de soins intensifs passé à 68 le 03 mars contre 61 le 26 février.

Pour lui, il n'est pas question d'anticiper cette discussion. "Si le couvre-feu devait être prolongé unilatéralement, ce serait contraire à l'esprit dans lequel nous avons travaillé jusqu'à présent. Je serai du côté des partisans de son abolition, le jour où il en sera question", a-t-il ajouté. La ministre de l'intérieur Annelies Verlinden (CD&V) défend toujours la mesure, mais elle a déclaré dimanche que le comité de concertation devra vérifier à chaque réunion si sa justification tient toujours. Au cours de la même émission, le président de la MR, Georges-Louis Bouchez, a souhaité la levée du couvre-feu le plus rapidement possible. "Il nous semble raisonnable de le lever en avril dans la mesure où c'est une forte restriction de notre liberté. Il nous semble nécessaire qu'il disparaisse le jour où l'Horeca rouvrira ses portes", a-t-il dit. Le chef de file des libéraux francophones préférerait que les établissements Horeca rouvrent plus tôt que le 1er mai, date qui a été avancée vendredi. "C'est vers le 1er mai au plus tard, car je pense que la vaccination devrait s'accélérer", a déclaré M. Bouchez. "Je réunirai les bourgmestres sur les mesures en vigueur à Bruxelles. L'idée sera d'accompagner le calendrier - ndlr: des mesures adoptées par le comité de concertation pour les prochaines semaines - de façon à ce qu'on en sorte", a affirmé M. Vervoort. Depuis le 23 octobre dernier, un couvre-feu est imposé de 22h à 6h du matin, dans la capitale, tout comme le port du masque (couvrant le nez et la bouche), la fermeture de tous les commerces à 20h et l'interdiction de la consommation d'alcool dans l'espace public. Selon la commission communautaire commune, le taux d'incidence - le nombre d'infections pour 100.000 habitants - a augmenté significativement au cours des derniers jours à Bruxelles, passant à 344 vendredi, contre 287 le 26 février dernier. Le taux de positivité est passé de 7,5% le 26 février à 7,6%, vendredi dernier, alors que le nombre de tests effectués est en légère augmentation. Actuellement, plus de 50% des contaminations sont dues au variant britannique, plus contagieux. Les autres variants sont également en augmentation à Bruxelles. On observe aussi une augmentation des hospitalisations à Bruxelles depuis une dizaine de jours. Celles-ci sont passées à 318 le 4 mars, contre 279 le 26 février. Idem pour le nombre de personnes en unités de soins intensifs passé à 68 le 03 mars contre 61 le 26 février.