Ce mercredi, en séance plénière du parlement régional, le parti voulait interpeller le ministre-président Elio Di Rupo sur "l'inaction des assurances". Il s'est vu opposer une fin de non-recevoir de la part du président de l'assemblée selon qui la Région n'est pas compétente pour ce genre de question.

"Quand le gouvernement wallon décide de passer un accord avec les assurances et leur accorde un milliard d'argent public, c'est discuté et voté au parlement. Mais quand il s'agit des sinistrés qui ont froid mais ne reçoivent rien de leur assurance pour commencer les travaux, la majorité refuse d'en discuter", a pointé le député PTB Julien Liradelfo.

"Comment le gouvernement wallon peut-il donner un milliard d'euros aux assurances sans obligation de résultat à l'égard des sinistrés?"

"Sur le terrain, nous avons de plus en plus de témoignages de gens qui sont assurés mais qui n'ont toujours pas vu d'experts, ce qui les empêche de débuter leurs travaux alors que l'hiver approche. Il y a urgence et la lenteur des assurances n'est ni acceptable ni compréhensible vu les moyens qu'elles ont", a-t-il ajouté.

"Comment le gouvernement wallon peut-il donner un milliard d'euros aux assurances sans obligation de résultat à l'égard des sinistrés? Et si la Région n'est pas compétente pour ce genre de sujet, dans quelle instance peut-on en discuter?", s'est enfin interrogé le député d'extrême gauche.

Mercredi midi, le gouvernement wallon a de son côté annoncé que l'arrêté servant de base légale à l'indemnisation des sinistrés touchés par les inondations de juillet venait d'être publié au Moniteur belge, ouvrant la voie à l'indemnisation des personnes non-assurées.

A cette occasion, il a également assuré "mettre tout en oeuvre pour que les demandes d'indemnisation auprès du fonds des calamités soient traitées le plus rapidement possible."

Les sinistrés non-assurés peuvent introduire leur demande d'indemnisation à la Région

L'arrêté du gouvernement wallon qui sert de base légale à l'indemnisation des sinistrés touchés par les inondations du 14 au 16 juillet et par celles du 24 juillet a été publié ce mercredi au Moniteur belge. Les sinistrés non-assurés entrant dans les conditions d'indemnisation peuvent dès lors introduire leur demande d'aide dès à présent via le formulaire de Demande de réparation de biens disponible sur le site du Service régionale des calamités, indique dans un communiqué le cabinet du ministre-président wallon, Elio Di Rupo.

En parallèle, le gouvernement "met tout en oeuvre pour que les demandes d'indemnisation auprès du fonds des calamités soient traitées le plus rapidement possible", ajoute-t-il.

Il a ainsi été décidé de renforcer le personnel de l'administration en recrutant des agents supplémentaires. Un marché public a également été lancé afin de sélectionner un grand nombre d'experts qui analyseront les dossiers d'indemnisation des sinistrés, détaille le cabinet en rappelant enfin qu'un premier montant complémentaire de 200 millions a été alloué au fonds des calamités pour l'année 2021 afin d'indemniser les personnes non-assurées. Cette mesure, annoncée en juillet dernier, a été opérationnalisée jeudi dernier par le gouvernement.

"Des moyens supplémentaires suivront afin de permettre à tous les sinistrés de bénéficier d'une indemnisation de la Wallonie", conclut le communiqué.

Ce mercredi, en séance plénière du parlement régional, le parti voulait interpeller le ministre-président Elio Di Rupo sur "l'inaction des assurances". Il s'est vu opposer une fin de non-recevoir de la part du président de l'assemblée selon qui la Région n'est pas compétente pour ce genre de question. "Quand le gouvernement wallon décide de passer un accord avec les assurances et leur accorde un milliard d'argent public, c'est discuté et voté au parlement. Mais quand il s'agit des sinistrés qui ont froid mais ne reçoivent rien de leur assurance pour commencer les travaux, la majorité refuse d'en discuter", a pointé le député PTB Julien Liradelfo. "Sur le terrain, nous avons de plus en plus de témoignages de gens qui sont assurés mais qui n'ont toujours pas vu d'experts, ce qui les empêche de débuter leurs travaux alors que l'hiver approche. Il y a urgence et la lenteur des assurances n'est ni acceptable ni compréhensible vu les moyens qu'elles ont", a-t-il ajouté. "Comment le gouvernement wallon peut-il donner un milliard d'euros aux assurances sans obligation de résultat à l'égard des sinistrés? Et si la Région n'est pas compétente pour ce genre de sujet, dans quelle instance peut-on en discuter?", s'est enfin interrogé le député d'extrême gauche. Mercredi midi, le gouvernement wallon a de son côté annoncé que l'arrêté servant de base légale à l'indemnisation des sinistrés touchés par les inondations de juillet venait d'être publié au Moniteur belge, ouvrant la voie à l'indemnisation des personnes non-assurées. A cette occasion, il a également assuré "mettre tout en oeuvre pour que les demandes d'indemnisation auprès du fonds des calamités soient traitées le plus rapidement possible."