L'intelligence artificielle peut mener à tout. A Louvain, on veut absolument tout savoir sur la pratique du sport par les habitants, jusqu'à la disséquer avec une précision chirurgicale. Sept caméras de surveillance suivent désormais à la trace celles et ceux qui prennent soin de leur condition physique dans deux parcs publics de la ville. Combien de gens s'y adonnent au sport? Pendant combien de temps? A quelle fréquence? A q...

L'intelligence artificielle peut mener à tout. A Louvain, on veut absolument tout savoir sur la pratique du sport par les habitants, jusqu'à la disséquer avec une précision chirurgicale. Sept caméras de surveillance suivent désormais à la trace celles et ceux qui prennent soin de leur condition physique dans deux parcs publics de la ville. Combien de gens s'y adonnent au sport? Pendant combien de temps? A quelle fréquence? A quel type d'activité physique se livrent-ils? Quels itinéraires empruntent-ils pour un footing, à quelle vitesse courent-ils? Quelle infrastructure sportive sollicitent-ils éventuellement? Cette façon de monitorer en continu la pratique sportive de personnes qui ne sont pas affiliées à un club doit aider les autorités communales à assurer un meilleur retour sur les investissements à consentir dans le domaine sportif. Partie prenante au projet pilote programmé jusqu'en 2024, Sport Vlaanderen compte l'exporter dans d'autres villes de Flandre afin d'optimiser la promotion du sport. Mais tout le monde n'est pas convaincu par les assurances données en matière de protection de la vie privée puisque les images ne seront pas localisées sur un serveur central, et que la récolte des données ne se fait que sous la forme de statistiques anonymisées. L'Autorité de protection des données souhaite obtenir de la ville de Louvain plus de précisions sur l'initiative avant d'ouvrir éventuellement une enquête. Jusqu'où ira-t-on? s'est ému, à la Chambre, le député Open VLD Patrick Dewael, troublé par un usage de l'intelligence artificielle qui lui paraît hors de proportion. "Pourra-t-on aussi désormais filmer des personnes qui font la queue devant une baraque à frites afin d'évaluer si chacune d'elles se nourrit sainement ou non?" Ainsi interpellé, Mathieu Michel (MR), secrétaire d'Etat chargé de la Protection de la vie privée, juge, lui aussi, qu'"entre l'utilisation de caméras de surveillance pour la sécurité des citoyens et l'enregistrement vidéo d'activités sportives, il y a un grand pas franchi". Big brother renvoyé au vestiaire?