"C'était une erreur de ne pas remplacer le stock stratégique de masques", a déclaré l'ancienne ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) lors d'une audition au Parlement la semaine dernière. Cela aurait pu et dû être fait différemment". Cette déclaration intervient un an après que Le Vif a révélé comment notre stock stratégique de 32 millions de masques chirurgicaux et de 6 millions de masques FFP2 a été détruit. Et non remplacé. Alors que le rôle crucial des masques avait déjà été souligné dans un plan d'urgence pour une pandémie de grippe en 2006. Il y a un an, De Block déclarait qu'"il est inutile de porter un masque, et qu'il peut même donner un faux sentiment de sécurité".
...

"C'était une erreur de ne pas remplacer le stock stratégique de masques", a déclaré l'ancienne ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open VLD) lors d'une audition au Parlement la semaine dernière. Cela aurait pu et dû être fait différemment". Cette déclaration intervient un an après que Le Vif a révélé comment notre stock stratégique de 32 millions de masques chirurgicaux et de 6 millions de masques FFP2 a été détruit. Et non remplacé. Alors que le rôle crucial des masques avait déjà été souligné dans un plan d'urgence pour une pandémie de grippe en 2006. Il y a un an, De Block déclarait qu'"il est inutile de porter un masque, et qu'il peut même donner un faux sentiment de sécurité".Il y a quinze ans, le plan d'urgence prédisait que dans le pire des cas, une pandémie causerait 22 100 décès. Aujourd'hui, notre pays compte déjà plus de 24 000 décès du Covid. Ces derniers temps, s'y ajoute une moyenne de 39 morts par jour. C'est plus de 250 morts du coronavirus par semaine. Et nous ne sommes plus surpris. "Il faut bien mourir de quelque chose", répond-on même parfois.Le mois dernier, les démographes Patrick Deboosere et Johan Surkyn (tous deux de la VUB) et le biostatisticien Geert Molenberghs (UHasselt/KU Leuven) ont publié une analyse de la mortalité pour 2020. Ils concluent que l'année dernière, il y a eu plus de 17 500 décès de plus que dans des "circonstances normales". En tenant compte de la canicule, la surmortalité due au covid-19 a touché au moins 16 000 personnes. Il s'agit de 16 000 personnes qui, normalement, n'auraient pas dû mourir", précisent les auteurs.Les trois experts ont également analysé l'âge des personnes décédées et concluent "qu'il est illusoire de penser que le coronavirus ne touche que les personnes les plus âgées". Ils ont observé une surmortalité dès l'âge de 35 ans. Le risque de décès augmente effectivement avec l'âge, et la surmortalité augmente alors, mais "l'idée qu'il s'agit soi-disant de couper du 'bois sec', qu'il s'agit de personnes qui mourraient de toute façon dans les prochains mois, est complètement fausse ". Nous ne saurons que plus tard ce qu'il en sera exactement pour (le premier semestre de) cette année, mais nous pouvons déjà dire que de plus en plus de personnes de moins de 65 ans sont victimes du coronavirus. De plus, de nombreux jeunes se retrouvent en soins intensifs.Quoi qu'il en soit, il est clair que plus d'un an après l'éclatement de la pandémie, nous courons toujours après les événements, et pas seulement au niveau des masques. Par exemple, la mise en place de l'enquête de contact et de l'application "coronalert" a été un coup dans l'eau. Elle illustre le fait que la numérisation de notre gouvernement peut et doit être bien meilleure.Ou prenez l'enseignement (une analyse du côté flamand - Ndlr). Il est question depuis longtemps d'utiliser des autotests, mais ils ne seraient pas disponibles avant la mi-mai. Cela a donné lieu à des commentaires cyniques selon lesquels ils ne seront disponibles que lorsque l'année scolaire sera presque terminée. En outre, de nombreuses écoles ne disposent pratiquement d'aucun compteur de CO2 pour vérifier si les salles de classe sont suffisamment ventilées.Un budget a été débloqué pour recruter des enseignants supplémentaires afin de combler le déficit d'apprentissage. Seules les écoles ne peuvent pas trouver d'enseignants supplémentaires, car il n'y en a pas. Un appel a été lancé pour faire venir des enseignants retraités, mais comment leur expliquer qu'il vaut mieux ne pas s'occuper de leurs petits-enfants, mais qu'ils peuvent se tenir devant une classe ?Depuis un an, la lutte contre le coronavirus repose essentiellement sur nous : limiter les contacts, garder la distance, porter des masques, se laver les mains, aérer les locaux, travailler à la maison, etc. Heureusement, les scientifiques ont réussi à développer très rapidement de très bons vaccins. Les entreprises pharmaceutiques ont été critiquées à juste titre lorsqu'elles n'ont pas respecté leurs engagements en matière de livraisons de vaccins, mais tous les espoirs reposent désormais sur elles pour vaincre le coronavirus.En attendant, les hôpitaux demeurent sur le pied de guerre. Tout comme pour le nombre de décès du coronavirus, nous nous sommes habitués aux efforts surhumains qui y sont déployés jour et nuit. Mais les soignants méritent encore des applaudissements tous les jours. Plus que jamais, même.