Les jeunes de Bruxelles qui se sont rendus à Blankenberge cet été auraient pu venir d'Anvers?
...

Les jeunes de Bruxelles qui se sont rendus à Blankenberge cet été auraient pu venir d'Anvers?Jinnih Beels: (soupir) Oui, bien sûr. Ou du nord de la France ou des Pays-Bas. De partout, en fait. De tels problèmes se produisent chaque été, même à Anvers. Il faisait chaud, les jeunes voulaient s'amuser, ils sortaient d'un confinement de plusieurs mois. Je ne justifie rien - certainement pas les gangs de Bruxelles dont les membres ont un casier judiciaire interminable - mais j'ai parfois le sentiment que nous ne savons plus ce que signifie être jeune. Les jeunes ont un mode de vie différent de celui des adultes.Qu'est-ce qui était le pire pour vous: les émeutes, ou qu'il faille convoquer une commission parlementaire pour en discuter ?Je m'interroge beaucoup à ce sujet, oui. Où était la raison? J'ai également été surpris que tant de politiciens se réveillent soudain alors que nous connaissons ces problèmes depuis de nombreuses années. Bien sûr, nous devons agir contre les nuisances, mais les listes noires sont-elles vraiment la réponse ? Parlez aux jeunes et rappelez-leur leurs responsabilités, sans les mettre dans le même sac.Le commissaire de police de Blankenberg a déclaré qu'il voulait arrêter les jeunes ayant le même "profil" que les émeutiers. Ce faisant, il a ouvert un nouveau débat sur le profilage ethnique par la police. Cela frustre beaucoup de jeunes.Il n'y a pas que les jeunes, les adultes aussi en sont victimes. La police ne réalise toujours pas l'impact du profilage ethnique. Elle n'a même pas pris la peine de reconnaître qu'il s'agit d'un problème. Pourquoi est-ce si difficile ? Un certain nombre de corps de police travaillent déjà sur le sujet, bien sûr, mais c'est une goutte d'eau dans la mer. J'attends toujours une bonne approche.De l'autre côté du débat, il y a des organisations de la société civile telles qu'Amnesty International. Elles mènent une bataille nécessaire, mais ne regardent la réalité qu'à travers leur prisme. Qu'est-ce que cela signifie aujourd'hui pour un policier de faire son travail dans la rue ? Ils ne sont pas vraiment ouverts à cette question. Tous les agents qui font du profilage ethnique ne sont pas racistes. Une petite minorité le fait délibérément. Ils savent bien que leurs contrôles ne sont pas légitimes. La majorité le fait inconsciemment : avec la meilleure volonté du monde, ces policiers ne voient pas ce qu'ils font de mal. Il n'y a rien de mal au profilage, tant qu'il est basé sur des informations correctes. C'est pourquoi les policiers doivent être correctement formés. Il faut leur expliquer exactement ce que dit la loi, et ils doivent en être conscients tout au long de leur carrière. Il est très important de répéter.Alors que le parlement a dû faire face aux émeutes de Blankenberge dans les plus brefs délais, le conseil communal d'Anvers ne se réunit que ce mois-ci pour discuter de la violence continue liée à la drogue dans la ville. N'est-ce pas un peu tard ?Combien d'incidents ont eu lieu ces dernières années ? Septante ou quatre-vingts ? Je ne pense donc pas que le calendrier de ce comité thématique soit très important. C'est en accord avec l'opposition, et c'est probablement fort lié au faut que de nombreux conseillers communaux sont encore en vacances. Je suis heureuse que la police fédérale vienne aussi s'expliquer. Nous devons être clairs : il ne s'agit pas d'un problème purement local."Ces incidents relèvent complètement du niveau fédéral et judiciaire", a même déclaré Bart De Wever la semaine dernière par l'intermédiaire de son porte-parole. N'est-ce pas une pauvre excuse pour un bourgmestre qui a promis à sa ville une guerre contre la drogue?Il faut lui demander. Je n'ai jamais cru à sa guerre contre la drogue, et j'ai toujours dit que nous ne pouvons pas résoudre ce problème au niveau local. Bien sûr, les gens chez qui on tire dans la rue ou qui trouvent des grenades à main par terre ne font pas cette distinction. Je comprends qu'ils se sentent abandonnés par le conseil municipal. Je ne peux le justifier, et je n'essaierai pas non plus.Je me demande ce que fait le gouvernement fédéral. Où sont les ministres fédéraux ? Je veux vraiment les montrer du doigt. Ils devraient vraiment s'en soucier, mais je ne pense pas que cela les empêche de dormir.Dans le cas du Slovaque Jozef Chovanec, mort en février 2018 après avoir été brutalement agressé dans une cellule de police à l'aéroport de Charleroi, beaucoup de choses ont mal tourné. Qu'est-ce qui vous a le plus frappé ?Je n'aime pas trop la police américaine, mais j'adore son slogan : "To Protect and to Serve" - protéger et servir. C'est pourquoi j'ai entamé une carrière à la police et que j'y suis restée pendant seize ans. Dans ce contexte, j'ai été envahie par un sentiment de honte et de colère en voyant ces images vidéo de la cellule de Chovanec : l'action de la police allait complètement à l'encontre de l'esprit de ce slogan.Beaucoup de flics étaient aussi furieux que moi à propos de cette intervention. Ils doivent souvent travailler dans des conditions difficiles, ce qui mine totalement la confiance que les gens leur accordent. C'est pourquoi j'ai été choqué en tant que citoyen. Comment les gens peuvent-ils encore se sentir en sécurité ? Comment pouvons-nous encore attendre des agents qu'ils agissent selon le code de déontologie et soient au service de tous, sans distinction d'origine, de nationalité, d'orientation ou de sexe ?Une personne souffrant d'une psychose doit en effet être terrifiée de tomber entre les mains de la police. Les policiers n'ont manifestement aucune idée de la manière de gérer cette situation.Cela ne va absolument pas de soi. C'est pourquoi je pense que c'est surtout l'autorité qui a échoué dans cette affaire. Les dirigeants doivent s'assurer que les agents connaissent et respectent les règles. Aujourd'hui, dix ans après la mort de Jonathan Jacob (NDLR : décédé le 6 janvier 2010 dans une cellule de la police locale de Mortsel suite à des violences policières), il n'existe toujours pas de lignes directrices claires.Il ne s'agit pas seulement de l'affaire Chovanec. Lorsque je travaillais encore pour la police, j'avais déjà le sentiment que les personnes qui étaient sur le terrain et faisaient le sale boulot n'étaient pas suffisamment supervisées et soutenues par leurs supérieurs. Quelle atmosphère n'aurait pas dû régner à Charleroi ? Manifestement, le responsable en question n'a jamais réagi.Aucune procédure disciplinaire n'a été engagée.Je ne vais pas faire le procès de ces policiers ici, je ne veux absolument pas dire qu'il ne faut punir personne. La farce qui m'a le plus ennuyé - au fond c'est à en pleurer - c'est la manière dont les gens se sont rejeté la faute ces dernières semaines. Que doit ressentir la veuve de Chovanec? Son mari est mort d'une manière terrible, et personne n'est prêt à en assumer la responsabilité.La faute a été rejetée sur l'ancien ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA). Qu'aurait dû faire son cabinet il y a deux ans ?Si le superviseur direct avait donné une suite appropriée à l'action de la police à Charleroi, Jan Jambon aurait probablement été mieux à même de suivre l'affaire. Je ne peux pas imaginer qu'un ministre soit confronté à un incident pareil et qu'il reste silencieux. Ce n'est pas à moi de défendre Jambon, je veux souligner la culture du silence dans la police. Les flics se protègent les uns les autres, ce sont aussi les collègues avec qu'ils doivent patrouiller le lendemain. Les responsables et les décideurs politiques doivent changer cette culture de toute urgence.