Une onomatopée vaut parfois plus qu'un long discours. Ou peut-être avait-elle été tellement surprise qu'elle n'avait rien pu dire d'autre que ce "hum ?!!" ? Sous les flashs et les caméras, Ursula von der Leyen (présidente de la Commission européen) et Charles Michel (président du Conseil européen) entouraient le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 6 avril dernier, lors d'une rencontre diplomatique. Au moment de s'assoir, les deux hommes s'avancent, une chaise chacun autour des drapeaux. Et Ursula von der Leyen reste debout. Manifestement très irritée de devoir s'installer sur le canapé.

Les services protocolaires se sont ensuite renvoyés la balle, entre la Turquie et l'UE, entre les équipes Michel et Von der Leyen, entre la hiérarchie de l'un et de l'autre. Mais cette affaire deviendra le fameux #sofagate surtout pour ses relents sexistes, démontrant que les inégalités de genre n'épargnent pas les plus hautes sphères du pouvoir.

"Je suis présidente de la Commission, et c'est ainsi que j'attendais d'être traitée durant la visite en Turquie. Mais cela n'a pas été le cas", avait-elle expliqué plus tard. "Je ne trouve rien dans les traités européens qui justifie la manière dont j'ai été traitée. Je dois donc en conclure que cela a eu lieu parce que je suis une femme [...] Je me suis sentie blessée, seule, en tant que femme et en tant qu'Européenne."

L'onomatopée d'Ursula von der Leyen sera-t-elle la phrase de l'année ? Votez ci-dessous et découvrez ici les 19 autres phrases sélectionnées par la rédaction du Vif dans le cadre de ce sondage rétrospectif.

Une onomatopée vaut parfois plus qu'un long discours. Ou peut-être avait-elle été tellement surprise qu'elle n'avait rien pu dire d'autre que ce "hum ?!!" ? Sous les flashs et les caméras, Ursula von der Leyen (présidente de la Commission européen) et Charles Michel (président du Conseil européen) entouraient le président turc Recep Tayyip Erdogan, le 6 avril dernier, lors d'une rencontre diplomatique. Au moment de s'assoir, les deux hommes s'avancent, une chaise chacun autour des drapeaux. Et Ursula von der Leyen reste debout. Manifestement très irritée de devoir s'installer sur le canapé.Les services protocolaires se sont ensuite renvoyés la balle, entre la Turquie et l'UE, entre les équipes Michel et Von der Leyen, entre la hiérarchie de l'un et de l'autre. Mais cette affaire deviendra le fameux #sofagate surtout pour ses relents sexistes, démontrant que les inégalités de genre n'épargnent pas les plus hautes sphères du pouvoir. "Je suis présidente de la Commission, et c'est ainsi que j'attendais d'être traitée durant la visite en Turquie. Mais cela n'a pas été le cas", avait-elle expliqué plus tard. "Je ne trouve rien dans les traités européens qui justifie la manière dont j'ai été traitée. Je dois donc en conclure que cela a eu lieu parce que je suis une femme [...] Je me suis sentie blessée, seule, en tant que femme et en tant qu'Européenne."L'onomatopée d'Ursula von der Leyen sera-t-elle la phrase de l'année ? Votez ci-dessous et découvrez ici les 19 autres phrases sélectionnées par la rédaction du Vif dans le cadre de ce sondage rétrospectif.