La FEJ informe ainsi le Conseil de l'Europe que les journalistes belges David Leloup et Tom Cochez et leur média respectif, Le Vif/L'Express et Apache, "sont la cible de plaintes multiples émanant d'entreprises ou d'individus proches de l'homme d'affaires Stéphane Moreau, ancien maire socialiste de la commune d'Ans. Suite à une série d'articles publiés entre avril 2017 et décembre 2018, dans l'hebdomadaire Le Vif-L'Express sur une affaire de corruption impliquant le député fédéral socialiste Alain Mathot et sur les affaires de la société Nethys, dirigée par Stéphane Moreau", David Leloup et Le Vif/L'Express ont été la cible de cinq plaintes et de deux menaces de plaintes, en un peu moins d'un an, entre le 5 janvier et le 28 décembre 2018. "Le journaliste doit notamment répondre d'une plainte pénale déposée par la société Semeb" et, comme Le Vif/L'Express, "de quatre plaintes au Conseil de déontologie journalistique (CDJ), déposées par Alain Mathot et les sociétés Nethys SA et Ogeo Fund. Deux autres menaces de plaintes judiciaires ont été annoncées par l'homme d'affaire bruxellois Dominique Janne et par Ogeo Fund. Le journaliste Tom Cochez est par ailleurs ciblé par deux plaintes déontologiques et deux menaces de plainte judiciaire, dont une vise également le média en ligne d'investigation flamand Apache. L'Association belge des Journalistes Professionnels (AJP) s'inquiète de cette multiplication de plaintes ciblant ces journalistes. L'AJP a mis un avocat à disposition de David Leloup, afin de répondre au harcèlement judiciaire dont il fait manifestement l'objet."

Le Vif/L'Express ne se considère pas au-dessus des règlements, du code de déontologie journalistique et des droits dont dispose chaque citoyen, mis en cause ou non dans l'un des articles du magazine, d'y réagir. Il assume et donne suite aux demandes de droit de réponse, il accepte parfaitement que des plaintes soient déposées devant le Conseil de déontologie journalistique. Pour autant, nous percevons bel et bien dans cette succession de plaintes, après chacun de nos articles consacrés soit à Alain Mathot et son entourage soit à Stéphane Moreau et Nethys/Publifin, une volonté de leur part de rendre coup pour coup. Elle est légitime : si nous nous sentons harcelés par leur plaintes, ils doivent se sentir harcelés par nos enquêtes. Mais la systématisation de ces plaintes, le fait que pour certaines des articles ou des post sur les réseaux sociaux datant de plusieurs années (!) ont été exhumés, le temps et les effectifs qu'elles ont dû exiger pour être rédigées et argumentées, le nombre très élevé de points qu'elles comportent (nous obligeant donc, nous aussi, à y consacrer des heures et des heures) et le recours à un avocat de renom (qui défendait auparavant plutôt les journalistes d'investigation) nous font penser que, tant pour Alain Mathot que Nethys, David Leloup et Le Vif /L'Express sont devenus des cibles, des "hommes à abattre", des adversaires à épuiser, des ennemis à intimider. Pour que ce genre d'enquêtes cesse.

C'est peu dire que, toutes ces attaques, toutes ces plaintes, toutes ces menaces (relevant clairement du chantage, dans le cas de Dominique Janne), si elles nous fatiguent un peu, ne font que décupler notre résolution à "dégainer", encore et encore. Puisque notre barillet est loin d'être vide.

Nous ne comptions pas communiquer sur la stratégie de Nethys, à notre encontre. La FEJ a estimé qu'elle devait le faire, sans nous consulter. Soit. Nous ne pouvions dès lors pas nous contenter de découvrir son inquiétude. Voilà pourquoi, très sereinement, nous commentons la situation, publiquement. En préparant la publication, toute prochaine, de plusieurs enquêtes. Qui vont donner du boulot à l'avocat de Stéphane Moreau. Et au CDJ.

"Harcèlement du Vif/L'Express": Stéphane Moreau réagit

Nous avons reçu cette mise au point de Stéphane Moreau, administrateur-délégué de Nethys, après la publication de l'article "Harcèlement des proches de Stéphane Moreau contre Le Vif/l'Express et Apache":

"Je viens de lire avec étonnement votre article sur levif.be relatif à une série de plaintes (ou menaces de plaintes) qui seraient relatives à M. David Leloup et au Vif/L'Express.

En effet ,je ne suis concerné que par une seule de ces plaintes, plainte déposée par Nethys devant le conseil de déontologie journalistique. La société a, me semble-t-il, simplement exercé son droit le plus strict, à une seule reprise, devant une instance professionnelle.

J'ai appris l'existence des autres plaintes (ou menaces de plaintes) à travers votre article.

Sans me prononcer sur le fond, je ne suis responsable ni de M. Mathot ni de M. Janne, ni des instances d'Ogeo que j'ai quittées depuis longtemps, ni de celles de la Semeb où je n'ai jamais siégé....

Il est d'autant plus étonnant de m'imputer un quelconque lien avec les menaces de plainte de M. Janne quand on sait qu'elles seraient relatives à un différend entre lui-même, Le Vif/L'Express et David Leloup après que M. Janne a alimenté M. Leloup pour rédiger un article qui ne m'est d'ailleurs pas favorable.

Je n'en suis pas à alimenter mes propres turpitudes....

J'estime donc injuste et peu objectif de laisser penser que je puisse être concerné par un quelconque harcèlement journalistique.

Bien à vous.

Stéphane Moreau"

Le Vif/L'Express prend acte de cette réaction mais laisse à Stéphane Moreau l'entière responsabilité de son affirmation sur "l'alimentation" par Dominique Janne de l'un ou l'autre article, que ce soit dans le magazine ou sur levif.be.