La vaccination pour les professionnels d'aide et de soins de première ligne a débuté ce mardi. Cette phase concerne 120.000 personnes, à savoir les médecins généralistes, infirmiers, pharmaciens, aides-soignants et familiales, kinés, les ambulanciers ou encore les dentistes. Elle impliquera 25 hôpitaux et six centres de vaccination, dont ceux de Bierset et Ronquières, et 31 centres intermédiaires à travers toute la Wallonie.

Ces personnes recevront soit le vaccin Pfizer, soit le Moderna, soit l'AstraZeneca, selon leur âge, selon la disponibilité et selon les centres de vaccination", a précisé la ministre Christie Morreale. "Nous espérons pourvoir lancer la vaccination pour le grand public à la fin du mois de mars", a expliqué Fabienne Winckel, présidente de l'Aviq (Agence wallonne pour une vie de qualité).

Vaccinateurs

Ce lundi déjà, la vaccination a commencé pour les futurs vaccinateurs, soit quelque 800 personnes. Il s'agit de volontaires avec un profil médical qui avaient été préalablement inscrits comme tels. Le public concerné comprend principalement des médecins, infirmiers, pharmaciens ainsi que des personnes volontaires qui se sont manifestées sur la plateforme de l'Aviq

La vaccination pour les professionnels d'aide et de soins de première ligne a débuté ce mardi. Cette phase concerne 120.000 personnes, à savoir les médecins généralistes, infirmiers, pharmaciens, aides-soignants et familiales, kinés, les ambulanciers ou encore les dentistes. Elle impliquera 25 hôpitaux et six centres de vaccination, dont ceux de Bierset et Ronquières, et 31 centres intermédiaires à travers toute la Wallonie.Ces personnes recevront soit le vaccin Pfizer, soit le Moderna, soit l'AstraZeneca, selon leur âge, selon la disponibilité et selon les centres de vaccination", a précisé la ministre Christie Morreale. "Nous espérons pourvoir lancer la vaccination pour le grand public à la fin du mois de mars", a expliqué Fabienne Winckel, présidente de l'Aviq (Agence wallonne pour une vie de qualité).Ce lundi déjà, la vaccination a commencé pour les futurs vaccinateurs, soit quelque 800 personnes. Il s'agit de volontaires avec un profil médical qui avaient été préalablement inscrits comme tels. Le public concerné comprend principalement des médecins, infirmiers, pharmaciens ainsi que des personnes volontaires qui se sont manifestées sur la plateforme de l'Aviq