Pour la formation marxiste, la liberté dont jouissent aujourd'hui les établissements scolaires à acheter des espaces publicitaires renforce la situation de "marché scolaire" et aiguise la ségrégation des élèves.

Sans possibilité de faire de la publicité, "tous les établissements se retrouveraient sur un pied d'égalité", a défendu le député ptbiste Jean-Pierre Kerckhofs.

"Aujourd'hui ce sont évidemment les plus grosses structures qui ont davantage de moyens pour se faire connaître. On doit faire passer le message qu'une école ne se vend pas comme une savonnette!"

La proposition de décret du PTB suggérait que, en l'absence de publicité, les parents devraient plutôt recevoir la liste exhaustive des écoles à proximité, avec les noms des établissements, leur adresse, leur numéro de téléphone et leur adresse internet, ainsi que les filières d'enseignement et les orientations proposées pour les établissements secondaires.

Présenté mardi en commission Education du Parlement, le texte a toutefois été repoussé par la majorité PS-MR-Ecolo, ainsi que l'opposition cdH.

Plutôt qu'une interdiction pure et simple, les opposants au texte ont préconisé un plafonnement de ces frais publicitaires.

Plusieurs députés de la majorité ont également dit redouter certains effets préjudiciables d'une interdiction totale de la publicité, notamment pour les écoles qui pâtissent d'un faible taux d'inscription.

Face à ces différentes remarques, le PTB s'est dit être ouvert à toute proposition d'amendement des autres partis, mais sans succès.

Pour la formation marxiste, la liberté dont jouissent aujourd'hui les établissements scolaires à acheter des espaces publicitaires renforce la situation de "marché scolaire" et aiguise la ségrégation des élèves. Sans possibilité de faire de la publicité, "tous les établissements se retrouveraient sur un pied d'égalité", a défendu le député ptbiste Jean-Pierre Kerckhofs. "Aujourd'hui ce sont évidemment les plus grosses structures qui ont davantage de moyens pour se faire connaître. On doit faire passer le message qu'une école ne se vend pas comme une savonnette!" La proposition de décret du PTB suggérait que, en l'absence de publicité, les parents devraient plutôt recevoir la liste exhaustive des écoles à proximité, avec les noms des établissements, leur adresse, leur numéro de téléphone et leur adresse internet, ainsi que les filières d'enseignement et les orientations proposées pour les établissements secondaires. Présenté mardi en commission Education du Parlement, le texte a toutefois été repoussé par la majorité PS-MR-Ecolo, ainsi que l'opposition cdH. Plutôt qu'une interdiction pure et simple, les opposants au texte ont préconisé un plafonnement de ces frais publicitaires. Plusieurs députés de la majorité ont également dit redouter certains effets préjudiciables d'une interdiction totale de la publicité, notamment pour les écoles qui pâtissent d'un faible taux d'inscription. Face à ces différentes remarques, le PTB s'est dit être ouvert à toute proposition d'amendement des autres partis, mais sans succès.