La formation fédérale est chamboulée. Non par la nervosité de l'un ou l'autre des partis, cette fois, mais bien par la faute du coronavirus: depuis que le préformateur Egbert Lachaert (Open VLD) a été déclaré positif, les partenaires de la Vivaldi tentent de se réorganiser à distance. La date butoir du 17 septembre, jour où Sophie wilmès devrait demander la confiance pour son gouvernement, sera légèrement reportée. Des modalits seraont trouvées pour éviter un vote à la Chambre qui plongerait encore un peu plus le pays dans la crise.
...

La formation fédérale est chamboulée. Non par la nervosité de l'un ou l'autre des partis, cette fois, mais bien par la faute du coronavirus: depuis que le préformateur Egbert Lachaert (Open VLD) a été déclaré positif, les partenaires de la Vivaldi tentent de se réorganiser à distance. La date butoir du 17 septembre, jour où Sophie wilmès devrait demander la confiance pour son gouvernement, sera légèrement reportée. Des modalits seraont trouvées pour éviter un vote à la Chambre qui plongerait encore un peu plus le pays dans la crise."Dès que l'on a appris qu'Egbert Lachaert avait été testé positif, le médecin de la Chambre nous a contactés, racontait ce mercredi matin Jean-Marc Nollet, coprésident Ecolo, à LN24 et Bel RTL. Nous avons été testés les uns après les autres, de même que nos sherpas et collaborateurs." Les résultats sont connus: aucun président n'est positif. L'autre préformateur royal, Conner Rousseau (SP.A), a lui aussi été testé, il est négatif, mais observe lui aussi une quarantaine. Egbert Lachaert, pour sa part, reste chez lui et va bien pour l'instant, ses symptomes sont ceux d'un gros rhume, dit le coprésident vert. Le président libéral a donné des nouvelles sur Twitter, vers 10h ce mercredi: "La fatigue après ces journées intenses semble normale. La fébrilité fiévreuse d'aujourd'hui est une autre paire de manches. Je ne souhaite cela à personne."Depuis mardi après-midi, les négociateurs se réorganisent à distance. "C'est une contrainte que beaucoup de Belges ont rencontré, relativise Jean-Marc Nollet. Les hommes et les femmes politiques s'adapteront aussi. Nous l'avions déjà fait dans le cadre des kerns élargis." Au pic de la crise, entre mars et juin, dix partis se réunissaient à distance tous les samedis pour se coordonner."Il y aura certainement une partie qui devra être reportée, mais le gros du travail, le travail sur le fond, sur le projet, peut tout à fait être réalisé via des moyens modernes", précisait encore le coprésident d'Ecolo. Conner Rousseau (SP.A) a confirmé qu'il n'y aurait pas de nouvelle réunion physique avant le 18 septembre.Le problème est toutefois plus épineux dans ce cas-ci, car les négociations sont politiquement sensibles. La question centrale de l'heure est la désignation d'un formateur ou d'une formatrice, qui sera amenée à porter la suite des négociations et, traditionnellement, à devenir le prochain Premier ministre. Or, les tensions sont vives entre les partenaires de la Vivaldi pour s'entendre un nom. Les favoris sont connus: Sophie Wilmès (MR), Paul Magnette (PS), Alexander De Croo (Open VLD) et Koen Geens (CD&V). Jean-Marc Nollet reconnaît que certains éléments plus sensibles des négociations nécessiteront sans doute des rencontres.Le rapport que doivent effectuer les préformateurs au palais vendredi n'est a priori pas reporté, il pourrait se faire par vidéoconférence. Mais leur mission pourrait être légèrement prolongée, le temps de régler le noeud de la formation. Cela ne tombe pas forcément mal: les partis n'étaient visiblement pas encore prêts pour s'accorder sur le sujet.