Lors de cette rencontre, M. Magnette a exposé au souverain "le travail accompli" et lui a présenté "les pistes de solutions qui se dégagent", a-t-il expliqué sur Twitter.

Le roi Philippe avait désigné le 5 novembre dernier le président du PS pour mener un nouveau tour d'information en vue de former un gouvernement fédéral après l'échec des préformateurs Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA).

Le socialiste a pris sa mission en étendant la liste des partis consultés. Les informateurs précédents, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), avaient progressivement réduit leurs discussions à six partis (socialistes, libéraux, CD&V et N-VA). Les préformateurs avaient consulté les écologistes en plus des six partis. M. Magnette a quant lui entretenu des contacts avec dix partis, c'est-à-dire avec DéFI et surtout le cdH en plus.

L'informateur essaie de trouver des convergences entre les différentes formations politiques sur un nombre restreint de thèmes, en essayant d'abord d'identifier des objectifs communs - lundi dernier, il a cité le relèvement du taux d'emploi - et les moyens pour y parvenir. Dans ce contexte, l'institutionnel n'est pas un thème en soi mais il est présent de manière "transversale".