Si la Belgique a d'abord refusé d'imiter son voisin français pour l'instauration d'un pass sanitaire étendu, elle a finalement accepté l'idée avec le temps. Les chiffres moyens du taux de vaccination à Bruxelles ont été l'élément déclencheur, avant que la Wallonie emboite le pas.
...

Si la Belgique a d'abord refusé d'imiter son voisin français pour l'instauration d'un pass sanitaire étendu, elle a finalement accepté l'idée avec le temps. Les chiffres moyens du taux de vaccination à Bruxelles ont été l'élément déclencheur, avant que la Wallonie emboite le pas.Si tous les politiques se refusaient, au départ, d'instaurer une "société du pass", nous y voilà donc, ou presque. Dès lors, une question majeure s'invite sur la table : l'application élargie du Covid Safe Ticket à Bruxelles et en Wallonie booste-t-elle les prises de rendez-vous pour se faire vacciner ? En France, l'annonce d'un pass sanitaire élargi, entré en vigueur depuis le 9 août, avait d'abord choqué et provoqué de nombreuses manifestations. Le discours d'Emmanuel Macron avait cependant provoqué un vrai boost dans la vaccination française, au point que les plateformes pour les prises de rendez-vous étaient saturées. En Italie aussi, l'élargissement du green pass pour tous les salariés a dopé la vaccination dans tout le pays.Qu'en est-il en Belgique ? Assiste-t-on à un effet "Macron", alors que le CST entre en vigueur ce vendredi 15 octobre à Bruxelles ? Le moins que l'on puisse écrire, c'est que nous sommes loin des effets français ou italiens. Pourtant, fin septembre, Chrisite Morreale, la ministre wallonne de la Santé, se réjouissait sur Twitter. "En 24h après l'annonce sur l'instauration du Covid safe ticket en #Wallonie, on a enregistré 5 fois plus de rendez-vous pour aller se faire vacciner en plus des nombreuses personnes qui se sont présentées spontanément dans les centres de #vaccination." Un peu plus de deux semaines après cette annonce enthousiaste, on peut constater qu'on est davantage sur un feu de paille que sur un réel boost conséquent.Selon les chiffres disponibles sur le site de Sciensano, l'entrée imminente du Covid Safe Ticket élargi ne semble pas influer de façon significative sur le taux de vaccination global en Belgique, qui semble avoir atteint un plateau depuis début septembre. A Bruxelles, où la situation vaccinale est la plus préoccupante, la réaction à l'extension du CST a été presque nulle. Le 5 octobre dernier, les chiffres de la vaccination restaient stables dans la Capitale. Comme les semaines précédentes, 10.000 premières doses ont été injectées la semaine du 27 septembre et 8.700 secondes injections ont été administrées. L'objectif avoué des 16.000 premières doses hebdomadaires est loin. "Il n'y a pas encore d'impact du Covid Safe Ticket", affirmait Inge Neven, experte de la Cocom.Les premières doses baissent même dans les centres de vaccination, une baisse toutefois compensée par les actions locales. À la date du 3 octobre, 65% de la population bruxelloise adulte avaient reçu une première dose (52% de la population totale de la capitale), ce qui représente un gain... de 1% en deux semaines. "Il n'y a clairement pas d' 'effet Macron' sur la vaccination depuis l'introduction du Covid Safe Ticket", commentait d'ailleurs Inge Neven. Pour le Cocom, l'effet de la mesure reste "difficile à évaluer".Une semaine plus tard, à la date du 12 octobre, 69% de tous les Bruxellois âgés de 18 ans ou plus ont désormais reçu une première dose de vaccin, tandis que 66% ont complété leur parcours vaccinal. Pas de 'boom' notable, donc, mais Inge Neven positive. "Nous continuons de gagner un peu de terrain chaque semaine", dit-elle. Ce sont plutôt les initiatives locales qui semblent porter leurs fruits, plus que l'annonce du CST élargi. "Quatre-vingts pour-cent des tranches d'âge les plus vulnérables sont désormais vaccinés et la situation des jeunes évolue également bien, grâce notamment aux différentes actions locales déployées sur le terrain", a-t-elle fait valoir. Si l'avancée n'est donc pas à la hauteur des espérances, on soulignera toutefois un gain de 4% en un mois chez les 18-44 ans. "Ce n'est pas où on voudrait être, mais il y a une claire progression le mois dernier", souligne l'experte de la Cocom. Si le boost n'est pas aussi notable que chez nos voisins français, c'est peut-être aussi parce que l'instauration du Covid Safe Ticket a été beaucoup plus progressive en Belgique. En étant d'abord instauré pour les grands événements en été, il est petit à petit entré dans le langage quotidien, sans pour autant provoquer de "choc" majeur sur la vaccination.