Non, les écoles ne seront pas refermées ou alors il s'agira d'un "tout dernier recours" si l'épidémie de Covid reprenait trop fortement. Frank Vandenbroucke (SP.A), ministre fédéral de la Santé, avait laissé plâner cette option après de nombreux clusters en Flandre, mais les Communautés ont rejeté l'idée

Le ministre fédéral défend désormais une autre option: "Je pense que nous pourrons bientôt lancer le testing répétitif du corps enseignant via un test salivaire, a-t-il suggéré ce matin sur Bel RTL. Je pourrais en financer une partie via le fédéral". Il a bien précisé que "rien n'était décidé", ajoutant: "Les différents ministres de l'Enseignement sont très intéressés par cette stratégie. Il y a d'ailleurs des discussions en cours avec la task force testing."

Selon le ministre, ces tests salivaires répétitifs sur l'ensemble des enseignants - "qui nécessitent une logistique importante" - permettraient "de repérer très rapidement les clusters et d'ainsi garder les écoles ouvertes, ce qui est un objectif social ultra important". "Il faut garder les écoles ouvertes mais nous devons être plus assertifs et tester à grande échelle", a ajouté Frank Vandenbroucke.

"Proposé et répété depuis des mois, s'impatiente Catherine Fonck (CDH). Beaucoup de temps perdu. Avançons maintenant et vite! En testant enseignants ET élèves. Dans l'enseignement obligatoire ET supérieur pour tester et détecter beaucoup plus vite et permettre plus de présentiel pour nos jeunes en Haute Ecoles et universités."

Non, les écoles ne seront pas refermées ou alors il s'agira d'un "tout dernier recours" si l'épidémie de Covid reprenait trop fortement. Frank Vandenbroucke (SP.A), ministre fédéral de la Santé, avait laissé plâner cette option après de nombreux clusters en Flandre, mais les Communautés ont rejeté l'idéeLe ministre fédéral défend désormais une autre option: "Je pense que nous pourrons bientôt lancer le testing répétitif du corps enseignant via un test salivaire, a-t-il suggéré ce matin sur Bel RTL. Je pourrais en financer une partie via le fédéral". Il a bien précisé que "rien n'était décidé", ajoutant: "Les différents ministres de l'Enseignement sont très intéressés par cette stratégie. Il y a d'ailleurs des discussions en cours avec la task force testing."Selon le ministre, ces tests salivaires répétitifs sur l'ensemble des enseignants - "qui nécessitent une logistique importante" - permettraient "de repérer très rapidement les clusters et d'ainsi garder les écoles ouvertes, ce qui est un objectif social ultra important". "Il faut garder les écoles ouvertes mais nous devons être plus assertifs et tester à grande échelle", a ajouté Frank Vandenbroucke."Proposé et répété depuis des mois, s'impatiente Catherine Fonck (CDH). Beaucoup de temps perdu. Avançons maintenant et vite! En testant enseignants ET élèves. Dans l'enseignement obligatoire ET supérieur pour tester et détecter beaucoup plus vite et permettre plus de présentiel pour nos jeunes en Haute Ecoles et universités."