A l'issue des élections de 2012, Claude Jossart rempilait pour un troisième mandat de bourgmestre à Chastre. Et malgré une perte de 20 % des voix au profit de Chastre 2020, il était parvenu à conserver la majorité absolue avec son groupe Intérêts citoyens réunis (ICR) dans lequel il rassemblait des personnalités du MR, du CDH et du PS. Six ans plus tard, l'ambiance n'est plus à l'union mais bien à la division ! Plusieurs membres ont en effet quitté le navire du bourgmestre pour rejoindre d'autres listes. Pascal Dispa, président de la section locale MR et conseiller communal, a ainsi rejoint le groupe citoyen Chastre 20+ de Thierry Champ...

A l'issue des élections de 2012, Claude Jossart rempilait pour un troisième mandat de bourgmestre à Chastre. Et malgré une perte de 20 % des voix au profit de Chastre 2020, il était parvenu à conserver la majorité absolue avec son groupe Intérêts citoyens réunis (ICR) dans lequel il rassemblait des personnalités du MR, du CDH et du PS. Six ans plus tard, l'ambiance n'est plus à l'union mais bien à la division ! Plusieurs membres ont en effet quitté le navire du bourgmestre pour rejoindre d'autres listes. Pascal Dispa, président de la section locale MR et conseiller communal, a ainsi rejoint le groupe citoyen Chastre 20+ de Thierry Champagne, alors que Jean-Marie Thiry, lui aussi conseiller communal dans la majorité, a choisi de rallier Ecolo et sa cheffe de file Hélène Ryckmans. Trahison ? Opportunisme ? Pour beaucoup, ces basculements traduisent surtout une volonté de changement après une législature qui s'est avérée compliquée, voire problématique à certains égards. " A Chastre, les impôts ont augmenté sans qu'on offre de nouveaux services aux citoyens ", déplore Thierry Champagne, tête de la liste Chastre 20+. " C'est lié aux difficultés financières de la commune, qui a dû contracter un emprunt au Crac (NDLR : Centre régional d'aide aux communes) en 2016 après qu'on se soit rendu compte de problèmes de gestion que je dénonçais depuis 2010 et qui m'ont d'ailleurs fait quitter la majorité. " De son côté, Claude Jossart reconnaît cet échec, qu'il explique par l'absence de mise à jour des comptes annuels par l'ancien directeur financier. " Cet événement nous a fait nous remettre en question, cela a été dur ces deux dernières années mais nous avons bien redressé la barre avec l'équipe ", confie-t-il. En guise de bilan, le bourgmestre pointe notamment la réfection de voiries, la mobilité, l'engagement d'un écoconseiller, le lancement d'un nouveau système pour la gestion des cimetières, ou encore l'installation d'un terrain de foot synthétique qui rassemble de nombreux pratiquants. Les remous de la législature n'ont toutefois pas été sans impact sur le groupe politique de Claude Jossart. Rebaptisée Chastre@venir, sa formation compte de nouvelles têtes et sera menée par l'échevin Michel Pierre, le bourgmestre ayant choisi de pousser la liste et non plus de la tirer. Une façon d'entamer une éventuelle transition, bien que Claude Jossart se déclare prêt à rempiler si les électeurs le sollicitent à nouveau. L'opposition se réjouit de ce pas de côté et espère qu'il permettra d'amener le changement. Thierry Champagne dit ainsi ne fermer la porte à aucune alliance, pourvu qu'il puisse mettre en place le programme de son groupe pluraliste Chastre 20+, dans lequel il affirme rassembler " de nombreux échevins potentiels ". Les enjeux de la commune concernent selon lui la mobilité, le social, la propreté ou encore le vivre-ensemble. " On a tout pour vivre heureux à Chastre. Il faut par contre rétablir la rigueur et la bonne gouvernance dans la commune, et mettre en place des projets tout en restant réalistes par rapport au budget et à notre situation financière. " Par Marie-Eve Rebts.