L'absence de la directrice du circuit spadois dimanche avait rapidement suscité l'étonnement. Etonnement qui a ensuite fait place à la stupeur. Cette Française de 49 ans était à la tête de ce que certains qualifient "de plus beau circuit du monde" depuis cinq ans.
...

L'absence de la directrice du circuit spadois dimanche avait rapidement suscité l'étonnement. Etonnement qui a ensuite fait place à la stupeur. Cette Française de 49 ans était à la tête de ce que certains qualifient "de plus beau circuit du monde" depuis cinq ans.Nathalie Maillet, directrice du circuit de Spa-Francorchamps, où se disputait dimanche la dernière journée du rallye d'Ypres, a été retrouvée morte, tuée par balle, à son domicile. Dans la nuit de samedi à dimanche, elle a été assassinée par son mari, qui a également tué une amie de son épouse. L'auteur des faits aurait ensuite prévenu la police, avant de retourner l'arme contre lui, empêchant par conséquent toute poursuite judiciaire à son encontre. C'est à Gouvy, dans la province de Luxembourg, que le drame s'est produit. "Selon des sources bien informées, Nathalie Maillet a été tuée par son compagnon, de quasiment vingt ans son aîné. Le drame s'est déroulé dans la nuit de samedi à dimanche à leur domicile, une maison isolée en pleine campagne, à la rue d'Houffalize, à Gouvy. Il n'y a quasiment pas de voisins aux alentours. Franz Dubois aurait fait usage de son arme à feu", écrit l'Avenir.Selon les informations des titres Sudinfo, Franz Dubois "se trouvait à un dîner pour fêter la 100e saison du circuit de Spa quelques heures plus tôt. Il avait repris le volant après avoir bu beaucoup d'alcool. Les habitants de Limerlé se sont réveillés au son du ballet d'ambulances et de véhicules de police. L'incompréhension a très vite fait place à l'émoi. Nathalie Maillet et son mari étaient un couple assez discret. Franz Dubois, qui était en couple avec Nathalie Maillet depuis 17 ans, a pris l'ultime décision de retourner l'arme contre lui, éteignant au passage la moindre action publique à son encontre.""Le compagnon aurait également tué une troisième personne. Il s'agit d'Ann Lawrence Durviaux, 53 ans. Il s'agissait visiblement de la maîtresse de Mme Maillet. M. Dubois, père de 3 enfants, dit-on, se serait ensuite donné la mort sur place avec son arme, après, semble-t-il, avoir prévenu la police."Peu après cet appel, les policiers se rendent sur les lieux et découvrent la scène dramatique. Dans la foulée, un juge d'instruction, le procureur de garde, un médecin légiste, ainsi que le laboratoire technique et scientifique de la police arrivent sur place. Après une première analyse de la scène de crime, le parquet fera état du drame comme suit : "D'après les premières informations recueillies, l'individu masculin aurait fait volontairement usage de son arme à l'égard des deux femmes, parmi lesquelles figurait son épouse, entraînant leur décès, avant de se donner la mort."Le dossier a été mis à l'instruction par le magistrat de service du parquet. Un peu plus tôt dans la matinée, la bourgmestre de Gouvy confirmait à Belga avoir été prévenue par la police, dans la nuit de samedi à dimanche, d'un double meurtre suivi d'un suicide au domicile de Nathalie Maillet. Selon plusieurs médias locaux, la piste d'un féminicide dans le cadre d'une rivalité amoureuse est privilégiée.La deuxième victime, Ann Lawrence Durviaux, était avocate au Barreau de Namur et professeur à l'université de Liège. "Dans le milieu socialiste namurois, l'annonce de son décès est un véritable choc", écrit l'Avenir. "Ann Lawrence Durviaux est également connue pour s'être investie dans des dossiers wallons. Elle a été experte au sein de la commission d'enquête sur l'affaire Publifin."Selon la DH, qui cite une source proche, la bisexualité de Nathalie Maillet n'était pas récente et était un secret de polichinelle. "Bien qu'étant mariée, elle continuait à voir des femmes et Franz le savait. Cette situation semblait acceptée, banalisée. Ils étaient très discrets mais, en public, le couple paraissait très fusionnel, il véhiculait une très bonne image, malgré la différence d'âge."L'annonce de la mort de Nathalie Maillet a suscité l'émoi dans le monde de l'automobile, et au-délà. "C'est avec une immense tristesse que les équipes du Circuit de Spa-Francorchamps ont pris connaissance du décès de Nathalie Maillet, Directrice générale. En ce jour particulièrement douloureux, l'ensemble du personnel souhaite présenter ses plus sincères condoléances à la famille et les proches de Nathalie. Le Circuit mais aussi la course automobile, perdent aujourd'hui une femme passionnée, forte de ses convictions avec le regard toujours porté vers le futur."Le drame, qualifié de double féminicide, relance par ailleurs un débat terminologique. "Cessons de parler de "crime passionnel. Ce sont des assassinats", s'exclame la journaliste de RTL-TVI, Dominique Demoulin. "Feminicide et lesbophobie. En 2021, on continue à mourir juste parce qu'on est une femme", écrit aussi Sofia Cotsoglu.