Ce rassemblement a été organisé par European Livestock Voice, un groupe composé de partenaires de la chaîne alimentaire du bétail, parmi lesquels la Fédération wallonne de l'Agriculture, qui ont décidé de s'unir pour la première fois afin de rééquilibrer le débat sur les productions animales. Un tracteur a été stationné sur le rond-point. Différents ballons reprenaient des slogans et idées reçues. Deux stands dispensaient des informations sur la thématique.

Ce rassemblement a été organisé par European Livestock Voice, un groupe composé de partenaires de la chaîne alimentaire du bétail, parmi lesquels la Fédération wallonne de l'Agriculture, qui ont décidé de s'unir pour la première fois afin de rééquilibrer le débat sur les productions animales. Un tracteur a été stationné sur le rond-point. Différents ballons reprenaient des slogans et idées reçues. Deux stands dispensaient des informations sur la thématique.

"On veut expliquer la réalité de notre façon de travailler et lutter contre les slogans courts et l''agribashing', qui est aujourd'hui prégnant", explique Marianne Streel, agricultrice en Wallonie et présidente de la Fédération wallonne de l'agriculture. "Quand on explique que notre élevage est responsable de tous les maux environnementaux, on oublie de dire que les ruminants sont les seuls à pouvoir valoriser, qu'une prairie qui est broutée capte plus de carbone qu'une laissée à l'abandon ou coupée par du matériel agricole... C'est toute une série de contre-vérités qui font que notre élevage est mal perçu par les consommateurs." Au conseil de manger moins de viande, elle acquiesce mais précise qu'il faut surtout être plus attentif à la qualité de la viande et qu'elle constitue un élément important d'une assiette équilibrée.

Ce rassemblement a été organisé par European Livestock Voice, un groupe composé de partenaires de la chaîne alimentaire du bétail, parmi lesquels la Fédération wallonne de l'Agriculture, qui ont décidé de s'unir pour la première fois afin de rééquilibrer le débat sur les productions animales. Un tracteur a été stationné sur le rond-point. Différents ballons reprenaient des slogans et idées reçues. Deux stands dispensaient des informations sur la thématique.Ce rassemblement a été organisé par European Livestock Voice, un groupe composé de partenaires de la chaîne alimentaire du bétail, parmi lesquels la Fédération wallonne de l'Agriculture, qui ont décidé de s'unir pour la première fois afin de rééquilibrer le débat sur les productions animales. Un tracteur a été stationné sur le rond-point. Différents ballons reprenaient des slogans et idées reçues. Deux stands dispensaient des informations sur la thématique. "On veut expliquer la réalité de notre façon de travailler et lutter contre les slogans courts et l''agribashing', qui est aujourd'hui prégnant", explique Marianne Streel, agricultrice en Wallonie et présidente de la Fédération wallonne de l'agriculture. "Quand on explique que notre élevage est responsable de tous les maux environnementaux, on oublie de dire que les ruminants sont les seuls à pouvoir valoriser, qu'une prairie qui est broutée capte plus de carbone qu'une laissée à l'abandon ou coupée par du matériel agricole... C'est toute une série de contre-vérités qui font que notre élevage est mal perçu par les consommateurs." Au conseil de manger moins de viande, elle acquiesce mais précise qu'il faut surtout être plus attentif à la qualité de la viande et qu'elle constitue un élément important d'une assiette équilibrée.