Le rapport a été réalisé à la propre initiative d'une conseillère en prévention et porte sur 19 athénées bruxelloises du réseau de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il constitue la seule référence en la matière. Le ministre du Budget de la FWB Frédéric Daerden (PS), l'a mentionné récemment alors qu'il était interrogé au Parlement sur le sujet.

Trois ans après la rédaction du texte, la situation ne s'est pas améliorée, même pour cette unique zone, comme le confirment plusieurs acteurs du terrain dans les quotidiens. C'est le cas de l'athénée de Ganshoren, notamment, où cinq locaux sur 43 ont été condamnés en septembre, tandis que les préfabriqués dans lesquels se donnent certains cours tombent en ruine.

Pour compliquer le tout, la Direction générale Infrastructures vient de perdre son directeur. Et le poste de directeur du réseau de la FWB ne sera pas pourvu avant plusieurs mois.

"Nous héritons d4un parc immobilier scolaire vétuste. Plus de 2.800 bâtiments (3 millions de mètres carrés) dont 43% dans des bâtiments préfabriqués, doivent être entretenus avec un budget largement inférieur aux besoins", reconnaît Frédéric Daerden.

Le rapport a été réalisé à la propre initiative d'une conseillère en prévention et porte sur 19 athénées bruxelloises du réseau de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Il constitue la seule référence en la matière. Le ministre du Budget de la FWB Frédéric Daerden (PS), l'a mentionné récemment alors qu'il était interrogé au Parlement sur le sujet. Trois ans après la rédaction du texte, la situation ne s'est pas améliorée, même pour cette unique zone, comme le confirment plusieurs acteurs du terrain dans les quotidiens. C'est le cas de l'athénée de Ganshoren, notamment, où cinq locaux sur 43 ont été condamnés en septembre, tandis que les préfabriqués dans lesquels se donnent certains cours tombent en ruine. Pour compliquer le tout, la Direction générale Infrastructures vient de perdre son directeur. Et le poste de directeur du réseau de la FWB ne sera pas pourvu avant plusieurs mois. "Nous héritons d4un parc immobilier scolaire vétuste. Plus de 2.800 bâtiments (3 millions de mètres carrés) dont 43% dans des bâtiments préfabriqués, doivent être entretenus avec un budget largement inférieur aux besoins", reconnaît Frédéric Daerden.