L'ex-député du parti de Jean-Marie Dedecker s'est penché sur le cas des administrateurs qui siégeaient dans les holdings intercommunaux Nuhma et Publilum et dans différentes sociétés d'Aspiravi, actives dans l'énergie éolienne.

L'actuel ministre de la Défense, Steven Vandeput, est visé. Après 2012, il a exercé ses mandats chez Nuhma et Publilum par le biais de sa société familiale "Engineering voor Interieur en Bouwprojecten" (EIB) et ce jusqu'à ce qu'il soit désigné ministre. Il en allait de même chez Aspiravi. M. Vandeput s'est défendu en fin d'après-midi en expliquant qu'il avait recouru à ce montage pour régler des cotisations sociales par le biais du secrétariat social de sa société. Selon M. Reeckmans, il s'agit plutôt d'une façon de ne pas se soumettre à l'impôt des personnes physiques pour lui préférer l'impôt des sociétés.

Jusqu'en novembre 2016, le député Peter Vanvelthoven (sp.a) a également été administrateur chez Nuhma et Publilum par le biais de sa société VOF Admonitus. L'intéressé n'a pas démenti les faits mais les a justifiés par une demande de Telenet. Outre ces mandats, le député siégeait également dans le conseil d'avis de l'opérateur de télécoms, sous le feu des projecteurs depuis une semaine. Or, la société réclamait des factures avec un numéro de TVA, raison pour laquelle M. Vanvelthoven a créé sa société dans laquelle il a inclus les mandats subséquents. Lorsqu'il a quitté le conseil d'avis, il a liquidé la société.

L'ex-député du parti de Jean-Marie Dedecker s'est penché sur le cas des administrateurs qui siégeaient dans les holdings intercommunaux Nuhma et Publilum et dans différentes sociétés d'Aspiravi, actives dans l'énergie éolienne. L'actuel ministre de la Défense, Steven Vandeput, est visé. Après 2012, il a exercé ses mandats chez Nuhma et Publilum par le biais de sa société familiale "Engineering voor Interieur en Bouwprojecten" (EIB) et ce jusqu'à ce qu'il soit désigné ministre. Il en allait de même chez Aspiravi. M. Vandeput s'est défendu en fin d'après-midi en expliquant qu'il avait recouru à ce montage pour régler des cotisations sociales par le biais du secrétariat social de sa société. Selon M. Reeckmans, il s'agit plutôt d'une façon de ne pas se soumettre à l'impôt des personnes physiques pour lui préférer l'impôt des sociétés. Jusqu'en novembre 2016, le député Peter Vanvelthoven (sp.a) a également été administrateur chez Nuhma et Publilum par le biais de sa société VOF Admonitus. L'intéressé n'a pas démenti les faits mais les a justifiés par une demande de Telenet. Outre ces mandats, le député siégeait également dans le conseil d'avis de l'opérateur de télécoms, sous le feu des projecteurs depuis une semaine. Or, la société réclamait des factures avec un numéro de TVA, raison pour laquelle M. Vanvelthoven a créé sa société dans laquelle il a inclus les mandats subséquents. Lorsqu'il a quitté le conseil d'avis, il a liquidé la société.