Des contrats de ce type sont repris sur le site guide-epargne.be, qui rassemble les offres hypothécaires négociées par les emprunteurs. Selon De Tijd, plusieurs dizaines de cas similaires auraient été rencontrés chez Crelan. D'après un porte-parole de la banque, il s'agit toutefois de situations "exceptionnelles" qui ne sont possibles que pour des clients qui présentent une qualité de dossier en béton. "Leur quotité n'est pas trop élevée. La capacité de remboursement est très bonne." "C'est tout à fait irresponsable", a réagi Luc Coene, ancien gouverneur de la Banque nationale. "Ce n'est pas une évolution positive si les banques demandent presqu'aussi peu que ce que les bons d'État belges sur 10 ans rapportent, alors qu'elles encourent tout de même toute une sorte de risques."

Des contrats de ce type sont repris sur le site guide-epargne.be, qui rassemble les offres hypothécaires négociées par les emprunteurs. Selon De Tijd, plusieurs dizaines de cas similaires auraient été rencontrés chez Crelan. D'après un porte-parole de la banque, il s'agit toutefois de situations "exceptionnelles" qui ne sont possibles que pour des clients qui présentent une qualité de dossier en béton. "Leur quotité n'est pas trop élevée. La capacité de remboursement est très bonne." "C'est tout à fait irresponsable", a réagi Luc Coene, ancien gouverneur de la Banque nationale. "Ce n'est pas une évolution positive si les banques demandent presqu'aussi peu que ce que les bons d'État belges sur 10 ans rapportent, alors qu'elles encourent tout de même toute une sorte de risques."