Dans 5% des près de 500 établissements horeca interrogés, cela se passe même tous les jours. Pour un exploitant sur cinq, ce type de vols a fortement augmenté au cours des deux dernières années.

"Malgré le fait qu'il soit souvent question de petits objets, ces vols causent des dommages économiques qui peuvent aller jusqu'à 2.500 euros par an", affirme la présidente du SNI, Christine Mattheeuws.

Les cinq objets les plus convoités sont les salières et poivriers (41%), différentes sortes de décoration (35%), les couverts (33%), les verres (23%) et même la carte des menus (15%). Deux tiers des établissements horeca indiquent qu'ils ne peuvent jamais prendre les clients qui volent ce type d'objet en flagrant délit car ils s'en rendent compte trop tard.

Dans 5% des près de 500 établissements horeca interrogés, cela se passe même tous les jours. Pour un exploitant sur cinq, ce type de vols a fortement augmenté au cours des deux dernières années."Malgré le fait qu'il soit souvent question de petits objets, ces vols causent des dommages économiques qui peuvent aller jusqu'à 2.500 euros par an", affirme la présidente du SNI, Christine Mattheeuws. Les cinq objets les plus convoités sont les salières et poivriers (41%), différentes sortes de décoration (35%), les couverts (33%), les verres (23%) et même la carte des menus (15%). Deux tiers des établissements horeca indiquent qu'ils ne peuvent jamais prendre les clients qui volent ce type d'objet en flagrant délit car ils s'en rendent compte trop tard.