Cet envoyé spécial est Dirk Van den Bulck, commissaire général au sein du Commissariat général aux Réfugiés et aux Apatrides (CGRA), administration fédérale indépendante.

M. Van den Bulck se rendra sur les sites où les demandeurs d'asile sont en grève de la faim, ainsi que dans la zone neutre mise en place à proximité de l'église du Béguinage à Bruxelles, où les personnes en grève de la faim sont invitées à discuter individuellement de leur dossier avec les agents de l'Office des étrangers, selon un communiqué de M. Mahdi.

Sans-papiers: PS et Ecolo menacent de démissionner du gouvernement si un gréviste décède

Plus de 400 personnes mènent une grève de la faim, et certaines d'entre elles une grève de la soif, dans l'église du Béguinage et sur les sites de l'ULB et de la VUB à Bruxelles et Ixelles. Une assistance médicale leur a été envoyée dimanche soir encore.

Depuis jeudi, M. Mahdi (C&V) tente de débloquer la situation en promouvant l'usage d'une zone neutre, où les grévistes de la faim peuvent se faire accompagner d'une personne de confiance et de discuter sur place.

"Il s'agit d'une main tendue pour mieux comprendre leur situation spécifique. Il existe de nombreuses fausses histoires sur la procédure de régularisation et sur le fait qu'elle ne s'applique qu'à certaines nationalités. C'est pour cette raison que la zone neutre a précisément été mise en place, afin que les informations puissent être partagées correctement. Les autorités ne discriminent pas et prennent à coeur chaque dossier soumis. Toute personne qui souhaite déposer un dossier de régularisation peut le faire sur place. Normalement, les gens doivent s'adresser aux services de la ville ou de la commune. La Ville de Bruxelles est toutefois sur place dans la zone neutre", a indiqué Sammy Mahdi dans un communiqué.

Lundi matin, le vice-Premier ministre PS Pierre-Yves Dermagne a informé le Premier ministre Alexander De Croo que les membres socialistes du gouvernement démissionneraient si un des grévistes de la faim décédait. Le co-président d'Ecolo Jean-Marc Nollet a sous-entendu la même chose: "nos actes seront bien entendu posés en pleine cohérence avec nos propos et nous l'avons fait savoir dès hier au Premier ministre", a-t-il indiqué sur Twitter.

Le MR, qui soutient la position de M. Mahdi, a de son côté appelé à "garder son sang froid". "La situation humaine est dramatique mais la grève de la faim n'est pas une méthode de négociation. Nos concitoyens nous attendent aux responsabilités, pas dans la surenchère. Il faut des solutions aussi face au covid et suite aux inondations", a commenté son président Georges-Louis Bouchez.

Parti du Premier ministre, l'Open Vld, par la voix de son président Egbert Lachaert, a demandé aux bourgmestres et aux autorités locales "d'envisager des mesures" pour mettre un terme à la grève des sans-papiers. ""S'il risque d'y avoir des morts, on doit peut-être envisager d'autres initiatives pour mettre fin à cette action", a indiqué M. Lachaert.

Cet envoyé spécial est Dirk Van den Bulck, commissaire général au sein du Commissariat général aux Réfugiés et aux Apatrides (CGRA), administration fédérale indépendante. M. Van den Bulck se rendra sur les sites où les demandeurs d'asile sont en grève de la faim, ainsi que dans la zone neutre mise en place à proximité de l'église du Béguinage à Bruxelles, où les personnes en grève de la faim sont invitées à discuter individuellement de leur dossier avec les agents de l'Office des étrangers, selon un communiqué de M. Mahdi. Plus de 400 personnes mènent une grève de la faim, et certaines d'entre elles une grève de la soif, dans l'église du Béguinage et sur les sites de l'ULB et de la VUB à Bruxelles et Ixelles. Une assistance médicale leur a été envoyée dimanche soir encore. Depuis jeudi, M. Mahdi (C&V) tente de débloquer la situation en promouvant l'usage d'une zone neutre, où les grévistes de la faim peuvent se faire accompagner d'une personne de confiance et de discuter sur place. "Il s'agit d'une main tendue pour mieux comprendre leur situation spécifique. Il existe de nombreuses fausses histoires sur la procédure de régularisation et sur le fait qu'elle ne s'applique qu'à certaines nationalités. C'est pour cette raison que la zone neutre a précisément été mise en place, afin que les informations puissent être partagées correctement. Les autorités ne discriminent pas et prennent à coeur chaque dossier soumis. Toute personne qui souhaite déposer un dossier de régularisation peut le faire sur place. Normalement, les gens doivent s'adresser aux services de la ville ou de la commune. La Ville de Bruxelles est toutefois sur place dans la zone neutre", a indiqué Sammy Mahdi dans un communiqué. Lundi matin, le vice-Premier ministre PS Pierre-Yves Dermagne a informé le Premier ministre Alexander De Croo que les membres socialistes du gouvernement démissionneraient si un des grévistes de la faim décédait. Le co-président d'Ecolo Jean-Marc Nollet a sous-entendu la même chose: "nos actes seront bien entendu posés en pleine cohérence avec nos propos et nous l'avons fait savoir dès hier au Premier ministre", a-t-il indiqué sur Twitter. Le MR, qui soutient la position de M. Mahdi, a de son côté appelé à "garder son sang froid". "La situation humaine est dramatique mais la grève de la faim n'est pas une méthode de négociation. Nos concitoyens nous attendent aux responsabilités, pas dans la surenchère. Il faut des solutions aussi face au covid et suite aux inondations", a commenté son président Georges-Louis Bouchez.Parti du Premier ministre, l'Open Vld, par la voix de son président Egbert Lachaert, a demandé aux bourgmestres et aux autorités locales "d'envisager des mesures" pour mettre un terme à la grève des sans-papiers. ""S'il risque d'y avoir des morts, on doit peut-être envisager d'autres initiatives pour mettre fin à cette action", a indiqué M. Lachaert.