Les personnes sans-papiers installées à l'église du Béguinage et dans des locaux de l'ULB et de la VUB à Bruxelles sont en grève de la faim depuis près de deux mois, et nombre d'entre eux ont aussi entamé une grève de la soif ces derniers jours. La situation est donc particulièrement critique.

Dimanche, un appel inhabituel avait déjà eu lieu via les réseaux sociaux: les présidents du PS et d'Ecolo, partis partenaires de l'Open Vld au sein du gouvernement fédéral, avaient interpellé via Twitter le Premier ministre pour lui demander d'intervenir dans le dossier, pour éviter un "drame imminent".

La pression est désormais montée d'un cran: en cas de décès d'un sans-papier, "les ministres et secrétaires d'Etat PS remettraient leur démission dans l'heure", affirme Pierre-Yves Dermagne. Lui-même, Karine Lalieux (Pensions), Ludivine Dedonder (Défense), et le secrétaire d'Etat Thomas Dermine feraient donc vaciller l'exécutif.

"Nos actes seront bien entendu posés en pleine cohérence avec nos propos et nous l'avons fait savoir dès hier au Premier ministre", a réagi Jean-Marc Nollet, co-président Ecolo. Selon Le Soir, cela sous-entend également une menace de démission.

Les personnes sans-papiers installées à l'église du Béguinage et dans des locaux de l'ULB et de la VUB à Bruxelles sont en grève de la faim depuis près de deux mois, et nombre d'entre eux ont aussi entamé une grève de la soif ces derniers jours. La situation est donc particulièrement critique. Dimanche, un appel inhabituel avait déjà eu lieu via les réseaux sociaux: les présidents du PS et d'Ecolo, partis partenaires de l'Open Vld au sein du gouvernement fédéral, avaient interpellé via Twitter le Premier ministre pour lui demander d'intervenir dans le dossier, pour éviter un "drame imminent". La pression est désormais montée d'un cran: en cas de décès d'un sans-papier, "les ministres et secrétaires d'Etat PS remettraient leur démission dans l'heure", affirme Pierre-Yves Dermagne. Lui-même, Karine Lalieux (Pensions), Ludivine Dedonder (Défense), et le secrétaire d'Etat Thomas Dermine feraient donc vaciller l'exécutif. "Nos actes seront bien entendu posés en pleine cohérence avec nos propos et nous l'avons fait savoir dès hier au Premier ministre", a réagi Jean-Marc Nollet, co-président Ecolo. Selon Le Soir, cela sous-entend également une menace de démission.