L'application Coronalert est censée être une aide précieuse dans la stratégie de traçage en Belgique. Seulement, elle présentait quelques couacs qui freinaient cet objectif.
...

L'application Coronalert est censée être une aide précieuse dans la stratégie de traçage en Belgique. Seulement, elle présentait quelques couacs qui freinaient cet objectif. L'encodage du test Covid dans l'application n'était pas optimal. Si le lien entre l'app et le test n'est pas fait, la détection automatique des contacts ne peut avoir lieu. Si le système ne sait pas qu'un utilisateur de l'application est infecté par le Covid, il ne peut en effet pas informer les personnes qu'il a croisées d'un éventuel contact à risque. Or c'est tout l'intérêt de cette application. Ce défaut était notamment dû au fait que les médecins ou le personnel des centres de test n'étaient pas en mesure faire ce lien app-test. Auparavant, le citoyen désireux de se faire tester devait prendre rendez-vous chez son médecin et, s'il utilisait Coronalert, lui fournir un code de 17 chiffres généré par l'application. Le praticien inscrivait alors ce code dans le dossier du patient pour le relier au test demandé. Cela permet en effet à l'utilisateur de recevoir le résultat de son test directement sur l'application. Si le dépistage s'avère positif, la personne infectée le notifie anonymement aux autres utilisateurs. Toutefois, "dans certaines circonstances", la collecte puis la transmission du code par le médecin "n'était pas possible et certains tests n'ont donc pas été liés à l'application", explique Karine Moykens, présidente du Comité interfédéral Testing et Tracing. Pour empêcher certains résultats de passer entre les mailles du filet, un changement de tactique a été opéré. Désormais l'utilisateur recevra lui-même un SMS contenant un code, qui lui permettra ensuite de lier lui-même ce code de 17 chiffres à l'application. Vie privé oblige, chaque personne ayant passé un test recevra ce SMS, même si elle n'utilise pas l'application. Celui qui n'utilise pas l'application et reçoit le message peut simplement l'ignorer. Un plus grand nombre de connexions entre l'application et le test devrait permettre un meilleur suivi des contacts. Cela permet également d'enlever une partie de la pression sur les médecins.Autre nouveauté: avec le retour du dépistage des asymptomatiques dès le 23 novembre, les contacts à haut risque recevront un code d'activation par SMS afin de prendre rendez-vous pour un test PCR directement via le site web masante.belgique.be, et non plus via le médecin généraliste. "Et si vous utilisez l'application Coronalert, vous aurez la possibilité de saisir le code de 17 chiffres de l'application lors de la réservation", ajoute la présidente du Comité interfédéral. De nouveau, l'utilisateur pourra ainsi recevoir ses résultats directement dans l'application et prévenir les autres citoyens en cas de test positif.Depuis le lancement, plus de 80.000 personnes ont reçu leurs résultats dans l'application. C'est supérieur par rapport aux applications des pays voisins. Parmi celles-ci, environ 48% des personnes testées positives ont accepté de partager leurs données pour informer les autres utilisateurs, selon les concepteurs de l'outil.La décision de télécharger et d'activer l'application reste bien évidemment à l'utilisateur. "Nous vous demandons d'activer le Bluetooth lorsque vous allez au magasin, ou lorsque vous allez dans des endroits où il y a beaucoup de monde. Avec les mesures actuelles, nos contacts sont limités, mais même dans ce cas, l'application continue à apporter une plus-value importante. Si vous restez à l'intérieur et ne voyez personne, l'application n'a pas besoin d'être activée. Mais n'oubliez pas d'activer l'application au moment vous quittez la maison", dit Karine Moykens.