Des contacts ont eu lieu avec les gouverneurs de province et certains bourgmestres en vue du comité de concertation du 23 avril, dont l'une des tâches sera de préparer concrètement la réouverture des terrasses. Des contacts seront également pris avec les représentants des secteurs et des acteurs de terrain.

Le choix du comité de concertation (codeco) de reporter la réouverture des cafés et restaurants au 8 mai plutôt qu'au 1er mai et de la limiter dans un premier temps aux terrasses suscite le mécontentement d'une bonne partie du secteur Horeca. Certains bourgmestres ont laissé entendre qu'ils n'avaient plus les moyens de contrôler l'application des directives du codeco, voire qu'ils n'empêcheraient pas certains exploitants de rouvrir leur établissement dès le 1er mai. Les déclarations du maïeur de Liège, Willy Demeyer, à ce sujet ont fait du bruit. Elles ont donné lieu à un entretien téléphonique entre l'intéressé et le Premier ministre.

Le chef du gouvernement fédéral a joué jeudi la carte de l'apaisement. "On est en Belgique en 2021, on explique, on écoute la grogne et on trouve une solution ensemble", a-t-il déclaré sur le plateau du JT de la RTBF. "Tout le monde doit garder la tête froide. Regardons tout ce qu'on a fait en un an. On a pu maîtriser une troisième vague que certains annonçaient comme exponentielle. On a fait une action collective. Est-ce qu'on va mettre tout ça en péril pour une période d'attente de 8 jours?"

A l'heure où la situation reste difficile dans les hôpitaux, le Premier ministre a rappelé que la différence entre le 1er et le 8 mai, c'était la vaccination de 500.000 personnes vulnérables.

"La dernière chose à faire serait d'avoir un bras de fer", a encore dit M. De Croo qui a toutefois rappelé que les mesures décidées par le comité de concertation devaient être respectées. "Quand le comité de concertation prend des décisions, elles doivent être respectées. On travaille ensemble avec les bourgmestres pour qu'elles le soient."

Des contacts ont eu lieu avec les gouverneurs de province et certains bourgmestres en vue du comité de concertation du 23 avril, dont l'une des tâches sera de préparer concrètement la réouverture des terrasses. Des contacts seront également pris avec les représentants des secteurs et des acteurs de terrain.Le choix du comité de concertation (codeco) de reporter la réouverture des cafés et restaurants au 8 mai plutôt qu'au 1er mai et de la limiter dans un premier temps aux terrasses suscite le mécontentement d'une bonne partie du secteur Horeca. Certains bourgmestres ont laissé entendre qu'ils n'avaient plus les moyens de contrôler l'application des directives du codeco, voire qu'ils n'empêcheraient pas certains exploitants de rouvrir leur établissement dès le 1er mai. Les déclarations du maïeur de Liège, Willy Demeyer, à ce sujet ont fait du bruit. Elles ont donné lieu à un entretien téléphonique entre l'intéressé et le Premier ministre. Le chef du gouvernement fédéral a joué jeudi la carte de l'apaisement. "On est en Belgique en 2021, on explique, on écoute la grogne et on trouve une solution ensemble", a-t-il déclaré sur le plateau du JT de la RTBF. "Tout le monde doit garder la tête froide. Regardons tout ce qu'on a fait en un an. On a pu maîtriser une troisième vague que certains annonçaient comme exponentielle. On a fait une action collective. Est-ce qu'on va mettre tout ça en péril pour une période d'attente de 8 jours?" A l'heure où la situation reste difficile dans les hôpitaux, le Premier ministre a rappelé que la différence entre le 1er et le 8 mai, c'était la vaccination de 500.000 personnes vulnérables. "La dernière chose à faire serait d'avoir un bras de fer", a encore dit M. De Croo qui a toutefois rappelé que les mesures décidées par le comité de concertation devaient être respectées. "Quand le comité de concertation prend des décisions, elles doivent être respectées. On travaille ensemble avec les bourgmestres pour qu'elles le soient."