C'est LA question qui revenait en boucle lors de notre direct, ce vendredi, sur la hausse des prix du gaz et de l'électricité : faut-il passer d'un contrat variable à un contrat fixe ?

La réponse de Sophie Lenoble, porte-parole de la Creg (Commission de régulation de l'électricité et du gaz) est claire : oui, dans la mesure du possible ! "Si vous avez un contrat à prix variable, il est en effet intéressant, vu l'augmentation en cours et très élevée des prix sur le marché, de passer à un contrat fixe", explique-t-elle. "Sur base des informations actuelles, on s'attend en effet à ce que les prix soient encore plus élevés cet hiver".

Avant la crise sanitaire, selon le spécialiste de l'ULiège Damien Ernst, le prix du gaz s'élevait à 18 euros par MWh. Il coûte désormais 156 euros par MWh, soit une augmentation de... 850 %. Quant à l'électricité, il s'agit d'une énergie dite "secondaire", soit produite à partir d'une autre source d'énergie. Ses prix suivent donc la même courbe ascendante que le gaz ou le pétrole. Et, selon les prévisions, cette hausse devrait continuer dans les prochains mois d'hiver.

Passer à un contrat fixe permettrait donc de se protéger quelque peu des futures augmentations probables. La Creg conseille de se tourner vers les comparateurs de prix en ligne, soit ceux des régulateurs régionaux (Brugel ou cwape), soit les comparateurs de prix en ligne labellisés. "Quand les prix baisseront (pour le moment les marchés s'attendent à une baisse vers le printemps prochain), il sera important de comparer à nouveau votre contrat pour voir s'il est toujours intéressant", conclut Sophie Lenoble.

C'est LA question qui revenait en boucle lors de notre direct, ce vendredi, sur la hausse des prix du gaz et de l'électricité : faut-il passer d'un contrat variable à un contrat fixe ? La réponse de Sophie Lenoble, porte-parole de la Creg (Commission de régulation de l'électricité et du gaz) est claire : oui, dans la mesure du possible ! "Si vous avez un contrat à prix variable, il est en effet intéressant, vu l'augmentation en cours et très élevée des prix sur le marché, de passer à un contrat fixe", explique-t-elle. "Sur base des informations actuelles, on s'attend en effet à ce que les prix soient encore plus élevés cet hiver". Avant la crise sanitaire, selon le spécialiste de l'ULiège Damien Ernst, le prix du gaz s'élevait à 18 euros par MWh. Il coûte désormais 156 euros par MWh, soit une augmentation de... 850 %. Quant à l'électricité, il s'agit d'une énergie dite "secondaire", soit produite à partir d'une autre source d'énergie. Ses prix suivent donc la même courbe ascendante que le gaz ou le pétrole. Et, selon les prévisions, cette hausse devrait continuer dans les prochains mois d'hiver. Passer à un contrat fixe permettrait donc de se protéger quelque peu des futures augmentations probables. La Creg conseille de se tourner vers les comparateurs de prix en ligne, soit ceux des régulateurs régionaux (Brugel ou cwape), soit les comparateurs de prix en ligne labellisés. "Quand les prix baisseront (pour le moment les marchés s'attendent à une baisse vers le printemps prochain), il sera important de comparer à nouveau votre contrat pour voir s'il est toujours intéressant", conclut Sophie Lenoble.