Le Vif a recensé le nombre de patients présents dans les hôpitaux et les soins intensifs de nombreux pays européens à la date du 20 novembre. Pour pouvoir comparer ces chiffres, ils ont été rapportés sur 100.000 habitants dans chaque pays. On peut remarquer que les hôpitaux belges sont encore fortement chargés comparés à ses voisins, surtout au niveau des soins intensifs.
...

Le Vif a recensé le nombre de patients présents dans les hôpitaux et les soins intensifs de nombreux pays européens à la date du 20 novembre. Pour pouvoir comparer ces chiffres, ils ont été rapportés sur 100.000 habitants dans chaque pays. On peut remarquer que les hôpitaux belges sont encore fortement chargés comparés à ses voisins, surtout au niveau des soins intensifs. Au niveau des hospitalisations, c'est l'Italie, déjà frappée de plein fouet par la première vague, qui mène ce triste classement, elle est suivie de la République tchèque, la France et la Belgique. La Finlande affiche le taux d'hospitalisation le plus bas. L'Europe est restée l'épicentre de l'épidémie de Covid-19 ces sept derniers jours, mais les contaminations ont continué de ralentir. Avec 236.900 nouveaux cas quotidiens, l'Europe est la région enregistrant le plus de nouvelles contaminations, loin devant les Etats-Unis/Canada (174.000 par jour). Mais les nouveaux cas refluent (-10%) pour la deuxième semaine consécutive dans une Europe où de nombreux pays sont confinés ou soumis à des couvre-feux.L'Allemagne L'Allemagne a longtemps été considérée comme un des bons élèves européens de la gestion de l'épidémie.Mais la deuxième vague s'y abat de telle sorte en cette fin d'année, avec vendredi 1.006.394 cas déclarés (+22.806 en 24H) et 15.586 décès (+426), que le pays va prolonger jusqu'à début janvier ses restrictions, entre fermeture des bars et restaurants et limitations de participants à des réunions privées."Nous devons encore faire des efforts (...) le nombre d'infections quotidiennes se situe encore à un niveau beaucoup trop élevé", avait déclaré la chancelière Angela Merkel mercredi soir à l'issue de plus de sept heures de discussions avec les dirigeants des 16 Etats régionaux allemands.L'Espagne À l'instar d'autres pays européens, l'Espagne observe une forte baisse de nouvelles contaminations : jeudi, elle enregistrait 10.800 nouveaux cas, soit une baisse de 27%. La Catalogne a autorisé les bars et restaurants à rouvrir lundi avec des horaires et une affluence limités, après plus d'un mois de fermeture. La pression sur les services d'urgence reste certes "importante", a rappelé jeudi l'épidémiologiste en chef du ministère de la Santé, Fernando Simon, qui incite les Espagnols à ne pas baisser la garde.Mais sur le terrain, les soignants décrivent une situation bien moins extrême qu'au printemps, confirmant qu'il y a bien de la lumière au bout de ce long tunnel. L'Espagne entamera en janvier une vaste campagne de vaccination contre le covid-19, a annoncé dimanche le Premier ministre Pedro Sanchez.La France En France, la situation s'améliore légèrement. Les autorités sanitaires notent une nouvelle décrue des admissions en services de réanimation, mais déplorent encore 340 personnes à l'hôpital jeudi. 29.282 personnes porteuses du virus étaient toujours hospitalisées jeudi, contre 29.944 la veille, et après un pic à plus de 33.000 mi-novembre. Les services de réanimation comptaient également 4006 malades jeudi.Si cette tendance se confirme, le confinement sera levé le 15 décembre pour être remplacé par un couvre-feu national, avec une exception pour les soirées du 24 et du 31 décembre.Les petits commerces pourront rouvrir dès samedi, et les déplacements seront permis dans un rayon de 20 km et pendant trois heures. En revanche bars, restaurants et salles de sport garderont portes closes, au moins jusqu'au 20 janvier.L'ItalieL'Italie enregistre 29.001 nouveaux cas ces dernières 24h. Jeudi, les autorités italiennes déploraient 822 décès de plus en 24h. Le nombre de décès est désormais de 52.850 au total depuis le début de l'épidémie. Le nombre total de cas recensés est de 1.509.875. Depuis plusieurs semaines, les médecins réclament un confinement total face à une situation qu'ils jugent hors de contrôle. Pour tenter de juguler la deuxième vague de l'épidémie, le gouvernement a décidé de classer les 20 régions italiennes en trois catégories, en fonction de la gravité de la situation, allant du jaune, où un couvre-feu national est en vigueur, au rouge, où un confinement relativement strict est appliqué.Le LuxembourgLe Luxembourg a annoncé un reconfinement partiel dès jeudi avec fermeture des bars et des restaurants. Pour la semaine du 16 au 22 novembre, le nombre de personnes testées positives au coronavirus diminue légèrement, mais reste à un niveau élevé, avec 3.851 cas, par rapport à 4.013 cas pour la semaine précédente, annonce le gouvernement luxembourgeois. Le pays enregistre, ce vendredi 27 novembre 2020, 773 nouveaux cas en 24h soit au total 32.873 cas et 294 décès (+6 en 24h) depuis le début de la pandémie.Les Pays-BasLes Pays-Bas sont à nouveau dans une situation de déconfinement "partiel". Le nombre d'infections et d'hospitalisations semble stable depuis quelque temps déjà, et comme la plupart des Européens, les Néerlandais se demandent comment ils vont fêter Noël. Ce vendredi, le nombre de nouvelles infections quotidiennes confirmées s'élevait à 5 790, soit 1 284 de moins que la veille. Jeudi, 1 781 patients ont été hospitalisés pour covid (dont 524 en soins intensifs), soit 58 de moins que le mercredi.Le Royaume-UniMême si le nombre de nouvelles contaminations baisse au Royaume-Uni, la situation y reste particulièrement préoccupante. Ce jeudi, le Royaume-Uni déplorait 498 mort en 24h soit 57.031 morts au total. Boris Johnson présente son plan de déconfinement prévu à partir du 2 décembre. Le Premier ministre Boris Johnson, et les dirigeants de l'Ecosse, du Pays de Galles, et de l'Irlande du Nord se sont mis d'accord pour autoriser les réunions en famille et entre amis autour de Noël. Trois foyers maximum pourront se réunir du 23 au 27 décembre.La SuèdeLa Suède, confrontée depuis un mois à une forte remontée des cas et des décès de Covid-19, pense atteindre son pic autour de la mi-décembre, selon des nouvelles projections sanitaires officielles publiées jeudi.Plus de 230 décès ont été recensés depuis une semaine dans le pays scandinave, dont 67 jeudi, portant son bilan total à 6.622 morts. Mais le niveau et la date exacte de ce pic dépendront "de façon considérable de la façon dont nous continuerons à garder nos distances les uns des autres", a affirmé lors d'une conférence de presse Anders Tegnell, épidémiologiste en chef et architecte de la stratégie atypique - et controversée - de la Suède contre le Covid-19.Lors de la première vague, la Suède, dont la plupart des mesures ne sont pas coercitives, avait mis plus de temps que les autres pays européens à faire descendre ses courbes de cas et de morts. Restées à un très bas niveau entre juillet et mi-octobre, celles-ci sont fortement remontées depuis, à des niveaux supérieurs aux prévisions de l'Agence de santé publique.Face à la remontée, le pays a durci ses restrictions ces derniers jours, interdisant notamment la vente d'alcool après 22H00 et les rassemblements publics de plus de 8 personnes.Avec AFP