Alain Grootaers, chroniqueur en Flandre, rappelait ainsi que selon le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, 70% des patients covid dans les hôpitaux sont vaccinés. Il conclut sur base de ce chiffre que les vaccins sont peu ou pas efficaces.
...

Alain Grootaers, chroniqueur en Flandre, rappelait ainsi que selon le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke, 70% des patients covid dans les hôpitaux sont vaccinés. Il conclut sur base de ce chiffre que les vaccins sont peu ou pas efficaces.Grootaers commet une grosse erreur. Car en Flandre, plus de 90% de la population adulte est vaccinée. En d'autres termes, il y a neuf fois plus d'adultes vaccinés que non vaccinés en Flandre. Le fait que ce petit groupe de personnes non vaccinées représente encore 30 % des admissions à l'hôpital prouve exactement le contraire de ce que Grootaers conclut à partir des mêmes chiffres.Les vaccins sont bel et bien efficaces. Cette efficacité est également très claire si l'on compare les chiffres flamands aux chiffres wallons et bruxellois, que Vandenbroucke a également publiés. Alors qu'en Flandre, une large majorité de 70 % des patients covid hospitalisés sont vaccinés, en Wallonie et à Bruxelles, où le taux de vaccination est inférieur de 10 à 20 %, il s'agit d'une minorité d'environ 40 %. Ces statistiques élémentaires sont-elles trop complexes pour les antivax? Il y a peut-être autre chose qui se passe ici. Certains antivax avancent l'efficacité du médicament Ivermectin. Mais il serait interdit en Europe et aux États-Unis, car il y a "beaucoup plus d'argent à gagner avec un vaccin destiné à une population mondiale qu'avec un médicament destiné à un nombre limité de personnes malades".Antivax ou non, la position selon laquelle le "médicament miracle" Ivermectin - dont l'efficacité n'a d'ailleurs pas encore été prouvée - est interdite parce que "des gens" veulent nous vacciner à tout prix est une théorie du complot particulièrement populaire chez les antivax.Biais de confirmation "Les complotistes et/ou les antivax ne sont certainement pas stupides ou mal informés par définition", déclare Wietse Wiels, médecin, neurologue en formation et membre du conseil d'administration de SKEPP, le Cercle d'étude pour l'évaluation critique des pseudosciences et du paranormal. "Au contraire. Il est certain que les fervents diffuseurs de ces idées non scientifiques ont souvent une grande connaissance du sujet. Ils connaissent, pour ainsi dire, tous les arguments et les nouvelles études. C'est exactement la raison pour laquelle ils sont si doués pour trouver le seul argument ou la seule étude qui ne va pas dans le sens du consensus scientifique.""Les antivax, et avec eux la plupart des complotistes ont tendance à valoriser presque exclusivement les informations qui confirment leur propre conviction", explique Wiels. "Ce biais de confirmation les rend aveugles aux informations qui contredisent leur propre conviction. Cette tendance est souvent renforcée par le sentiment d'appartenir à un groupe restreint de personnes partageant les mêmes idées. On observe les mêmes schémas de pensée chez les supporters de football lorsque leur club bien-aimé perd. Même les supporters très intelligents trouveront les théories les plus étranges pour expliquer leur défaite. Ils préfèrent croire à des arbitres soudoyés ou à une association de football corrompue plutôt qu'à l'explication la plus évidente : leur club n'était pas aussi bon que l'autre."Brecht Decoene est un moraliste qui étudie depuis deux décennies les théories du complot les plus diverses. Selon Decoene, de telles théories naissent rarement, voire jamais, de la bêtise. "Les exemples sont légion", déclare Decoene. "Luc Montagnier, prix Nobel et découvreur du VIH, pense que le coronavirus a été fabriqué en laboratoire et greffé sur la souche d'un virus du sida. David Irving était un historien respecté jusqu'à ce qu'il se transforme soudainement en négationniste notoire de l'Holocauste. Ce sont souvent des personnes très intelligentes qui font pleinement usage de leur grande intelligence pour défendre l'irrationnel. Ne pensez donc pas trop vite que vous allez gagner dans une discussion avec un théoricien de la conspiration. Vous risquez fort d'avoir le dessous."Penser à contre-courantMais pourquoi des personnes intelligentes se laissent-elles séduire par des pensées irrationnelles ? "Après deux décennies d'études, je n'ai toujours pas de réponse toute faite", déclare Decoene. En général, ces idées sont plus facilement acceptées par les personnes qui ont moins confiance dans les institutions établies. Souvent, elles sont aussi plus réceptives que la moyenne aux formes alternatives de science, comme l'homéopathie ou les régimes miracles. Sortir des sentiers battus a aussi un certain attrait. Ramer à contre-courant est plus héroïque que de suivre le consensus. Et soyons honnêtes : dans une mesure plus ou moins grande, nous sommes tous sensibles à ces tentations. Tout le monde est parfois sujet au biais de confirmation."Les humains ne sont pas des êtres rationnels, explique Decoene. Chaque cerveau est faillible et sensible à la tromperie. Cela explique pourquoi il y a des complotistes dans tous les milieux et de tous les côtés du spectre idéologique. "Nous sommes tous, dans une mesure plus ou moins grande, vulnérables à la pensée conspirationniste. Mais nous ne sommes pas tous sensibles aux mêmes conspirations. Les théories du complot font mouche parce qu'elles en appellent aux peurs et aux préoccupations. La méfiance de la droite à l'égard des migrants ou de l'État se traduit plus facilement par des théories de Grand remplacement sur la population ou les réseaux pédophiles à la Maison-Blanche, tandis que la méfiance de la gauche à l'égard des multinationales est plus susceptible de se traduire par des complots sur les big pharma."Ce qui est frappant - et pénible pour ceux qui visent un taux de vaccination maximal - c'est que la méfiance à l'égard des vaccins contre le covid vient aussi bien de l'(extrême) droite que de l'(extrême) gauche et/ou des verts. C'est ce qui ressort, entre autres, des résultats d'un sondage publié par la VRT et De Standaard en mai de cette année. Les électeurs du Vlaams Belang étaient les moins disposés à se faire vacciner, suivis de près par les électeurs de Groen et, dans une moindre mesure, par le PTB. Ces résultats correspondent plus ou moins à ceux d'un sondage récent réalisé aux Pays-Bas. Il n'est pas surprenant de constater que la volonté de vacciner est la plus faible au sein du Forum pour la démocratie, organisme de droite radicale dirigé par l'antivax notoire Thierry Baudet. Plus de 80 % de ses électeurs auraient refusé le vaccin contre le coronavirus. Les électeurs de Geert Wilders et du Parti pour les animaux sont assez loin derrière."Ces résultats ne me surprennent guère", déclare Wietse Wiels. La méfiance de la droite à l'égard du gouvernement s'unit ici à la méfiance de la gauche à l'égard des grandes entreprises pharmaceutiques et à la méfiance verte à l'égard de la technologie. Dans les arguments des antivax, on voit que c'est principalement cette méfiance qui détermine leur position. La question de savoir si les vaccins sont efficaces ou non est souvent d'une importance secondaire."Il peut paraître surprenant que la méfiance soit si forte parmi les électeurs écologistes. Les études montrent qu'aujourd'hui, ce sont plutôt les personnes peu instruites qui ont du mal à se laisser convaincre de se faire vacciner. Et les électeurs écologistes ne sont-ils pas très instruits ? "C'est exact", déclare Wiels. "Mais je ne sais pas s'il existe un lien important entre le niveau d'éducation et la volonté de se faire vacciner. Le taux de vaccination relativement faible à Bruxelles, par exemple, est aussi et peut-être surtout dû à un manque d'information. La question se pose moins pour l'antivax écologiste, qui a souvent des motivations idéologiques. Une partie du mouvement vert a toujours eu un côté anti-technologique et anti-scientifique. Pensez à leur opposition aux OGM ou à leur proposition de législation sur l'homéopathie."Penseurs à contre-courant La méfiance du défenseur des anti-vax écologistes à l'égard de la technologie s'accompagne d'une grande foi dans la nature, explique Brecht Decoene. "Les antivax écologistes, par exemple, croient fermement en l'immunité naturelle. Ils considèrent le monde comme une harmonie naturelle, qui ne doit être perturbée sous aucun prétexte. Ce type de pensée par nature se rapproche souvent de l'ésotérisme et de la spiritualité et, dans sa conséquence extrême, ose parfois flirter avec des idées que l'on associerait plutôt à l'extrême droite."À première vue, les antivax en tant que groupe semblent trop hétérogènes pour former un véritable mouvement. Mais tout comme l'amour, la colère peut créer un lien fort. L'opposition aux mesures sanitaires a donné naissance aux Querdenker ("penseurs à contre-courant") en Allemagne, un ensemble très hétéroclite de hippies, d'ésotéristes, de fanatiques religieux, de néonazis et d'autres extrémistes. Les Querdenker, qui décrivent leur mouvement comme "une initiative de liberté", ont fait défiler près de 40 000 manifestants à Berlin l'année dernière. Selon la sécurité de l'État allemand, il y a des raisons de croire que certains éléments de ce groupe se radicalisent de plus en plus.Les penseurs Quer et les antivax sont liés par leur interprétation très absolue du concept de liberté. Pour eux, l'idée, comme l'a dit le philosophe libéral John Stuart Mill, que les gens ne sont libres que jusqu'à ce que leur liberté nuise aux autres, n'est pas à l'ordre du jour. Si le vaccin n'est pas efficace, les non-vaccinés ne doivent pas se sentir plus coupables que les vaccinés.Ce mode de pensée se heurte à l'irritation - pour ne pas dire plus - de l'autre camp. "Les personnes qui refusent par principe de se faire vacciner", a récemment déclaré l'écrivain néerlandais Ilja Leonard Pfeijffer dans une chronique, "s'enfoncent dans les tranchées de leurs propres illusions et revendiquent la liberté d'être arriérés aux dépens de leurs semblables". Et de conclure : "Nous ne pouvons pas être solidaires de ceux qui refusent de l'être."Aux Pays-Bas, le chroniqueur Sander Schimmelpenninck, est encore plus véhément. "Ce n'est pas une coïncidence si le groupe d'anti-vax non religieux est dominé par des personnes déjà très focalisées sur le développement personnel, l'amour de soi et autres hobbies narcissiques", écrivait Schimmelpenninck la semaine dernière dans le Volkskrant. "Le coronavirus est un moyen pour le narcissique égaré, de ressentir le frisson d'une identité de groupe. Le refus d'un vaccin devient un mode de vie, un véritable combat! Enfin la pertinence, enfin le frisson de représenter un groupe de personnes !"Brecht Decoene dit qu'il ne l'aurait jamais formulé de façon aussi tranchante que Schimmelpenninck. "Mais bien sûr, je comprends ce qu'il veut dire. Je suis toujours frappé par le fait que les antivax parlent constamment de solidarité. Leurs paroles se heurtent à leur raisonnement basé sur un réflexe particulièrement individualiste. L'argument ultime c'est presque toujours le droit à l'autodétermination. J'essaie de comprendre ce paradoxe, mais je n'y arrive pas vraiment."Propagande de l'étatLe malentendu est clairement mutuel. Peu de sujets polarisent autant que celui-ci. Le week-end dernier, Thierry Baudet a établi un parallèle avec les années 1930 et 1940. "Les non-vaccinés sont les nouveaux juifs", a-t-il tweeté, "ceux qui excluent en détournant le regard sont les nouveaux nazis et membres du NSB".Même les mesures gouvernementales beaucoup plus amicales visant à promouvoir le vaccin rencontrent une résistance absurde. Aux États-Unis, Big Bird, le frère américain de Pino dans Sesam Street, a annoncé la semaine dernière qu'il avait été vacciné. "Mon aile me fait un peu mal", déclarait Big Bird sur Twitter, "mais elle offre à mon corps la protection supplémentaire dont il a besoin pour rester en bonne santé, pour moi et pour les autres. Ce tweet a provoqué une vague d'indignation. Ainsi, le sénateur républicain Ted Cruz a accusé l'oiseau de "propagande gouvernementale"."On constate, de part et d'autre, que le langage utilisé est de plus en plus toxique et dénigrant", dit Decoene. "Ce qui joue certainement un rôle, c'est que les gens aiment faire partie d'une tribu morale. Les membres d'une telle tribu se caractérisent par une grande loyauté mutuelle. Ainsi, les antivax fermeront facilement les yeux sur les erreurs des autres. À l'inverse, une petite erreur d'un spécialiste en vaccins suffit à le discréditer à jamais."La vaccination est devenue un sujet particulièrement toxique, déclare aussi Wietse Wiels. "Et comme pour les débats polarisés, tout devient vite noir ou blanc. Les opposants au vaccin ont de plus en plus recours à des comparaisons avec l'apartheid ou le régime nazi et autres hyperboles. Alors que les partisans sont parfois enclins à rejeter toute critique des entreprises pharmaceutiques ou du Covid Safe Ticket comme un discours anti-vax. C'est problématique, car il y a aussi de bonnes raisons de les critiquer".Quiconque s'est déjà retrouvé dans un débat avec un antivax a dû se demander : un tel discours a-t-il un sens ? "C'est un débat de longue haleine au sein des mouvements sceptiques", déclare Wiels. Convaincre un complotiste est extrêmement difficile. Si, en tant que scientifique, je présente un argument, un anti-vax verra cet argument comme une preuve supplémentaire que la science est aveugle. Pourtant, la conversion n'est jamais totalement exclue. Il existe des exemples de personnes qui ont changé d'avis. Paul, la deuxième figure la plus importante du christianisme, était autrefois un persécuteur de chrétiens. L'un des plus importants militants antiracistes américains était membre autrefois du Ku Klux Klan".Mais ce sont de rares exceptions, admet Wiels. Il est certain que les figures de proue de ces groupes ne peuvent plus être convaincues par des arguments rationnels. C'est pourquoi il est probablement plus utile de se concentrer sur le groupe beaucoup plus important des sceptiques. Pour les convaincre, il est particulièrement important de montrer comment ils sont trompés. La confiance est la clé ici - plus que le caractère des arguments eux-mêmes. On ne convainc pas les antivax en faisant du porte-à-porte. Seules les personnes de confiance, telles qu'un médecin généraliste ou un ami, ont une chance de les convaincre."