Le 22 janvier, il y aura un Comité de concertation des gouvernements de notre pays. Il pourrait prendre une décision au sujet des coiffeurs. Entre-temps, le télétravail reste obligatoire pour ceux qui en ont la possibilité. Les contrôles seront renforcés.

Les auto-écoles se donnent quelques jours avant de rouvrir

Les auto-écoles, représentées entre autres par Federdrive, sont satisfaites d'être autorisées à rouvrir. Elles se donnent quelques jours afin de pouvoir relancer l'activité et accueillir des gens qui attendent parfois depuis des mois pour obtenir le permis de conduire.

Le Comité de concertation a décidé d'autoriser les auto-écoles à rouvrir leurs portes. Leur fermeture pendant plusieurs mois a finalement entraîné une pression sur la chaîne logistique, les chauffeurs professionnels manquant à l'appel.

Federdrive attend les textes officiels de la décision mais va déjà se concerter avec les centres d'examen afin d'organiser au mieux la reprise. Cela va être un travail énorme de programmer les milliers d'élèves en attente.

"Nous espérons ne pas rouvrir que pour deux semaines, mais pour les 50 prochaines années, si on peut dire", commente Jeroen Smeesters, président de Federdrive. Il insiste sur le fait que des protocoles, approuvés par des experts, ont été établis pour une reprise dans les meilleures conditions et que ces documents seront "rigoureusement" suivis.

Le 22 janvier, il y aura un Comité de concertation des gouvernements de notre pays. Il pourrait prendre une décision au sujet des coiffeurs. Entre-temps, le télétravail reste obligatoire pour ceux qui en ont la possibilité. Les contrôles seront renforcés.