Le nombre de nouvelles infections double tous les 7 jours. Vendredi dernier, la Belgique a dépassé le cap des 7.000 nouveaux cas sur une journée. Cela place notre pays en deuxième position des pays européens, après la République tchèque.

Les infections continuent à se produire dans toutes les tranches d'âge, mais un quart se trouvent chez ceux qui ont la vingtaine. "Nous voyons de plus en plus un passage de cette augmentation vers les gens de plus de 30 ans. Actuellement, nous avons un doublement des infections dans la tranche 30-80", précise Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral.

Les plus fortes hausses ont lieu dans le sud du pays, avec en tête le Brabant wallon, où les chiffres doublent tous les 5 jours. A Bruxelles, l'augmentation, qui est toujours conséquente, est néanmoins moins rapide que dans le reste du pays. "Cela peut être le fait des mesures, mais c'est encore tôt pour le dire. Mais ça peut aussi être la conséquence d'une saturation des centres de testing". Le taux de positivité à Bruxelles est de 20% : "Nous n'avions jamais atteint ce taux jusqu'à présent."

En Flandre, le nombre d'infections est plus faible qu'au Sud du pays, mais il augmente fortement. Il double sur une base hebdomadaire.

Dans les hôpitaux, l'augmentation est constante. "Il y a une semaine, nous avons dépassé la limite de 100 hospitalisations par jour, maintenant la limite de 200 a été dépassée." En moyenne, 152 personnes (+81% en sept jours) étaient hospitalisées chaque jour la semaine dernière, ce qui correspond à un doublement tous les huit jours, a précisé M. Van Laethem. "Cela démontre une fois de plus la puissance de la croissance exponentielle. Ce virus est un faux lent".

Le nombre de patients Covid-19 admis en réanimation double actuellement tous les 12 jours, a encore indiqué Yves Van Laethem. "Si cette augmentation se poursuit, la capacité maximale de 2.000 lits en soins intensifs pourrait être atteinte mi-novembre. Il faut éviter cette situation."

Réticent à l'employer, Yves Van Laethem se résoud aujourd'hui à parler de "deuxième vague". Cette seconde vague n'a pas lieu que chez nous, mais touche une grande partie de l'Europe. L'heure n'est cependant pas à la panique, car on connait mieux le virus que lors de la première vague. Le porte-parole interfédéral répète l'importance de respecter les "règles d'or". Parce que beaucoup d'infections ont lieu dans la sphère privée. Il a demandé de toujours garder une distance avec les personnes extérieures à la famille, ou de porter un masque buccal si ce n'est pas possible.

Le nombre de nouvelles infections double tous les 7 jours. Vendredi dernier, la Belgique a dépassé le cap des 7.000 nouveaux cas sur une journée. Cela place notre pays en deuxième position des pays européens, après la République tchèque.Les infections continuent à se produire dans toutes les tranches d'âge, mais un quart se trouvent chez ceux qui ont la vingtaine. "Nous voyons de plus en plus un passage de cette augmentation vers les gens de plus de 30 ans. Actuellement, nous avons un doublement des infections dans la tranche 30-80", précise Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral. Les plus fortes hausses ont lieu dans le sud du pays, avec en tête le Brabant wallon, où les chiffres doublent tous les 5 jours. A Bruxelles, l'augmentation, qui est toujours conséquente, est néanmoins moins rapide que dans le reste du pays. "Cela peut être le fait des mesures, mais c'est encore tôt pour le dire. Mais ça peut aussi être la conséquence d'une saturation des centres de testing". Le taux de positivité à Bruxelles est de 20% : "Nous n'avions jamais atteint ce taux jusqu'à présent."En Flandre, le nombre d'infections est plus faible qu'au Sud du pays, mais il augmente fortement. Il double sur une base hebdomadaire. Dans les hôpitaux, l'augmentation est constante. "Il y a une semaine, nous avons dépassé la limite de 100 hospitalisations par jour, maintenant la limite de 200 a été dépassée." En moyenne, 152 personnes (+81% en sept jours) étaient hospitalisées chaque jour la semaine dernière, ce qui correspond à un doublement tous les huit jours, a précisé M. Van Laethem. "Cela démontre une fois de plus la puissance de la croissance exponentielle. Ce virus est un faux lent". Le nombre de patients Covid-19 admis en réanimation double actuellement tous les 12 jours, a encore indiqué Yves Van Laethem. "Si cette augmentation se poursuit, la capacité maximale de 2.000 lits en soins intensifs pourrait être atteinte mi-novembre. Il faut éviter cette situation."Réticent à l'employer, Yves Van Laethem se résoud aujourd'hui à parler de "deuxième vague". Cette seconde vague n'a pas lieu que chez nous, mais touche une grande partie de l'Europe. L'heure n'est cependant pas à la panique, car on connait mieux le virus que lors de la première vague. Le porte-parole interfédéral répète l'importance de respecter les "règles d'or". Parce que beaucoup d'infections ont lieu dans la sphère privée. Il a demandé de toujours garder une distance avec les personnes extérieures à la famille, ou de porter un masque buccal si ce n'est pas possible.